Source ID:; App Source:

Hillary Clinton soutient l'intervention d'Israël à Gaza

«Israël a le droit de se défendre. Les... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

«Israël a le droit de se défendre. Les manoeuvres du Hamas pour cacher des roquettes, des centres de commandement ou des entrées de tunnels dans des zones civiles rendent la réponse d'Israël compliquée», a encore dit l'ancienne Première dame.

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Offensive israélienne à Gaza

International

Offensive israélienne à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération «Bordure protectrice», la plus importante offensive militaire contre la Bande de Gaza depuis la sanglante et controversée mission «Plomb durci» lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

L'ancienne secrétaire d'État et probable candidate à la présidentielle américaine de 2016 Hillary Clinton a fermement soutenu l'intervention d'Israël dans la bande de Gaza et estimé que le Hamas était le principal responsable du conflit actuel.

«Je pense qu'Israël a fait ce qu'il devait faire pour répondre aux attaques de roquettes», a-t-elle déclaré dans une interview au journal The Atlantic, parue dimanche sur son site internet.

«Israël a le droit de se défendre. Les manoeuvres du Hamas pour cacher des roquettes, des centres de commandement ou des entrées de tunnels dans des zones civiles rendent la réponse d'Israël compliquée», a encore dit l'ancienne Première dame.

Interrogée sur le fait de savoir si Israël avait pris assez de précautions pour éviter les morts de civils, Mme Clinton a estimé que Tsahal, «tout comme nous essayons de le faire, a tenté de faire le plus possible attention aux civils en visant ses cibles».

«Nous ne connaissons pas une seule nation, peu importe ses valeurs (...) qui n'aient pas commis d'erreurs, mais au final la responsabilité de tout ça en incombe au Hamas», a-t-elle affirmé.

Ce soutien inconditionnel d'Hillary Clinton à Israël peut sembler inattendu, l'ancienne secrétaire d'État ayant souvent eu des divergences assez marquées avec le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

«Il est impossible de savoir ce qui se passe à travers le brouillard de la guerre. Selon certains rapports, peut-être que ce n'était pas exactement une école de l'ONU qui était visée, mais juste l'annexe de l'école d'où ils tiraient des roquettes», a repris Mme Clinton, en référence à plusieurs établissements de l'ONU touchés par des bombardements.

«Il n'y a aucun doute dans mon esprit que le Hamas a initié ce conflit», a-t-elle encore affirmé.

De manière plus générale, Hillary Clinton a pointé du doigt l'antisémitisme croissant, notamment en Europe.

«On ne peut jamais ignorer l'antisémitisme, spécialement quand on voit ce qui se passe en Europe aujourd'hui. Il y a infiniment plus de manifestations contre Israël qu'il n'y en a contre la Russie qui se saisit d'une partie de l'Ukraine et abat un avion de ligne», a-t-elle encore constaté.

L'opération «Bordure protectrice», déclenchée le 8 juillet par Israël pour faire cesser les tirs de roquettes et détruire le réseau de tunnels servant à des incursions sur son territoire, a tué 1916 Palestiniens, selon les secours locaux. Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont péri depuis le 8 juillet.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer