La Russie a demandé à ses navires de guerre de se positionner au large de la Gaza pour se tenir prêts à une possible évacuation des citoyens russes en cas d'escalade du conflit avec Israël, ont indiqué des sources militaires citées par les agences russes.

Mis à jour le 23 nov. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Un groupe de navires «a reçu l'ordre de se positionner dans une zone précise de la partie orientale de la mer Méditerranée, pour une possible évacuation des citoyens russes de la bande de Gaza en cas d'escalade du conflit israélo-palestinien», a indiqué une source au sein du commandement central de la Marine, citée par les agences Interfax et Ria-Novosti.

Ces sources ont cité six navires, dont le croiseur Moskva, le patrouilleur Smetlivyi et les navires de débarquement Novotcherkassk et Saratov, qui appartiennent à la Flotte de la mer Noire.

Cette annonce intervient malgré l'entrée en vigueur mercredi soir d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas après une semaine d'hostilités meurtrières. L'État hébreu a toutefois prévenu qu'il riposterait à toute attaque palestinienne.

Vendredi matin, un Palestinien a été tué par les soldats de Tsahal, près de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, alors que sept autres ont subi des blessures par balle. Selon des témoins, il s'agirait de civils, pour la plupart des agriculteurs qui tentaient de rejoindre leurs terres, situées dans la zone frontalière. L'armée israélienne affirme quant à elle que le Palestinien tué tentait de hisser un drapeau du Hamas sur la barrière de sécurité séparant Gaza de l'État hébreu.

Jeudi, le ministère russe de la Défense avait indiqué que ces mêmes navires pourraient accoster au port syrien de Tartous, seule implantation navale russe en Méditerranée, avant de rejoindre une mission de lutte contre la piraterie au large de la Somalie.

La base de Tartous, située à 220 kilomètres au nord-ouest de Damas, a été créée en vertu d'un accord conclu en 1971, à l'époque soviétique.