Les principaux responsables du Pentagone ont affirmé mercredi qu'il était «temps de se taire» sur les détails du raid contre Oussama ben Laden, jugeant que les fuites dans la presse compromettaient les futures opérations de ce type.

Mis à jour le 18 mai 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il est temps de se taire», a déclaré le chef d'état-major interarmées, l'amiral Mike Mullen lors d'une conférence de presse.

«Nous en sommes arrivés à un point où nous risquons de compromettre cette capacité précieuse (à mener des raids de ce type, ndlr) et nous ne pouvons pas nous le permettre. Le combat n'est pas terminé», a-t-il précisé.

Depuis l'assaut des Navy SEALs le 2 mai, les détails sur les méthodes opératoires des forces spéciales américaines ont été distillés dans la presse par divers responsables américains sous couvert d'anonymat.

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates s'est lui aussi dit inquiet des répercussions.

«Il y a eu trop de gens dans trop d'endroits parlant trop de cette opération», a-t-il dénoncé.

Dans la salle de la Maison-Blanche où s'étaient réunis les principaux ministres et conseillers de Barack Obama pendant l'opération, «nous étions d'accord pour ne pas parler des détails opérationnels. Ça n'a pas tenu plus de 15 heures», s'est désolé le ministre.