Source ID:; App Source:

Premier engagement public pour le prince George

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monarchie
Monarchie

Restez à l'affût des dernières nouvelles sur les rois, les reines, les princes et autres membres des diverses monarchies encore en vigueur dans le monde. »

Agence France-Presse
Wellington, Nouvelle-Zélande

Le petit prince George d'Angleterre a participé à son premier engagement public officiel mercredi en Nouvelle-Zélande : une séance de jeu avec peluches et hochets, en compagnie de dix bambins de son âge.

L'enfant de huit mois, qui accompagne ses parents le prince William et Kate dans leur tournée aux Antipodes, a «rencontré» dix bébés de huit mois dans la Maison du gouvernement, résidence du gouverneur général de Nouvelle-Zélande, le représentant de la reine Élisabeth.

L'événement, organisé par une association d'aide à l'enfance, Plunket, s'est déroulé sous le regard de l'arrière-grand-mère du bambin, Élisabeth II, dont un grand portrait était accroché au mur.

L'enfant était vêtu d'une petite salopette-short, brodé d'un voilier sur le devant, et a passé une bonne partie de la séance dans les bras de sa mère.

La présidente de Plunket, Tristine Clark, a indiqué que les enfants avaient tous à peu près le même âge que George et étaient eux aussi les premiers bébés des couples réunis, comme William et Kate.

Ils ont été choisis afin de refléter la diversité de la population néo-zélandaise : leurs parents sont issus de plusieurs groupes ethniques et un couple est homosexuel.

«C'est un pays multiculturel et nous voulions que le duc et la duchesse (de Cambridge) rencontrent des personnes de tous horizons», a ajouté Tristine Clark.

L'atmosphère était détendue, mais il avait été conseillé aux parents de donner du «Votre Altesse Royale» à William et Kate lors du premier échange. Ils pouvaient ensuite s'adresser au couple par leur prénom, a précisé Tina Syme, responsable de la branche de Wellington de l'association.

Les parents ne devaient en outre pas hésiter à intervenir en cas de chamailleries entre les bambins, roturiers ou de sang royal, a-t-elle ajouté.

George est appelé à devenir chef d'État de Nouvelle-Zélande et d'Australie, si ces deux pays ne troquent pas d'ici là leur statut de monarchie constitutionnelle contre celui d'une république.

Le groupe de pression pour l'instauration d'une république en Nouvelle-Zélande a souligné que le petit était «très mignon, comme tous les bébés», mais que n'importe lequel des dix enfants néo-zélandais présents à ses côtés avait une plus grande légitimité à devenir un jour chef d'État de Nouvelle-Zélande.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer