Prévu hier, le test crucial du nouvel entonnoir censé mettre un terme à la marée noire dans le golfe du Mexique a été repoussé au moins jusqu'à aujourd'hui, ont annoncé les responsables américains de la gestion de la catastrophe.

Nicolas Bérubé LA PRESSE

L'amiral Thad Allen, responsable des opérations, a affirmé avoir pris cette décision après avoir consulté le secrétaire de l'Énergie Steven Chu, Prix Nobel de physique, et d'autres sommités.

«Nous avons décidé que le processus pourrait bénéficier de nouvelles analyses qui seront effectuées ce soir (hier) et demain (aujourd'hui).

BP a aurait dû dès hier soir commencer à fermer les trois valves du nouvel entonnoir placé sur la fuite de pétrole, une opération délicate qui pourrait stopper le flot dans les jours à venir.

Une fois mise en branle, l'opération durera de 6 à 48 heures. Les ingénieurs comptent fermer une valve à la fois, question d'évaluer la résilience du système.

Hier, les responsables de l'opération jouaient de prudence. «Ce n'est pas une situation simple à résoudre. Nous voulons éviter de faire des pronostics à ce moment-ci», a dit Ken Wells, un directeur de BP.

En soirée, des caméras sous-marines montraient un important flot de pétrole qui s'échappait du puits. Un tuyau destiné à récolter le pétrole sera fixé à l'entonnoir si celui-ci ne suffit pas à stopper le déversement.

La pression appliquée par les valves pourrait également exacerber le problème en faisant apparaître des failles sur le tuyau du puits qui gît au fond de l'océan. BP se dit prête à mettre fin à l'opération si de nouvelles fuites devaient se manifester.

Lundi, au 83e jour de la marée noire, entre 337 et 666 millions de litres de pétrole s'étaient déversés au total dans le golfe du Mexique, selon les estimations officielles.