Plusieurs organisations de défense des animaux qui accusent BP de tuer les tortues protégées en brûlant le pétrole de la marée noire à la surface de l'eau dans le golfe du Mexique ont déposé plainte contre le pétrolier devant un tribunal fédéral mercredi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'organisation Animal Welfare Institute (AWI) ainsi que l'Animal Legal Defense Fund et le Center for Biological Diversity ont déposé une plainte affirmant qu'en brûlant les nappes de pétrole qui s'échappent de la fuite, BP enfreint la loi sur les espèces protégées.

«Que ces innocentes créatures dont l'habitat a déjà été dévasté par la marée noire soient maintenant brûlées vives, c'est épouvantable», a affirmé dans un communiqué la présidente d'AWI, Cathy Liss. «Ces tortues sont des espèces en danger et doivent être protégées», ajoute-t-elle.

Les associations, qui ont déposé plainte devant un tribunal fédéral de Louisiane, ont demandé une injonction provisoire pour faire cesser les feux.

Dans ses efforts pour limiter les dégâts de la nappe de pétrole qui s'échappe d'un puits depuis l'explosion le 20 avril d'une plateforme pétrolière dans le Golfe du Mexique, BP a allumé des feux contrôlés de la nappe de brut tout en contenant celle-ci dans des barrages flottants.

«Les tortues de mer protégées, dont la tortue de Kemp, une des plus rares tortues marines sur la planète, sont prises au piège dans la nappe et incapables de s'enfuir quand le pétrole est incendié», écrit l'organisation de défense des animaux.

Selon la plainte, quelque 430 tortues appartenant à des espèces protégées ont déjà été tuées par la marée noire.

«BP pourrait organiser ses feux contrôlés sans tuer ni menacer les tortues de mer. Cela demanderait de consacrer des ressources à retirer les tortures des zones concernées avant de les brûler», affirment les défenseurs des animaux dans leur plainte.