Dans une tentative pour sauver toute une génération d'espèces menacées dans le golfe du Mexique, les autorités locales vont éloigner de la nappe de pétrole plusieurs dizaines de milliers d'oeufs de tortues de mer.

Brian Skoloff AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Service américain de la pêche et de la vie sauvage (US Fish and wildlife service-USFWS) coordonnera le plan, qui doit passer par la récupération de quelque 70 000 oeufs de tortues dans environ 800 nids enterrés dans le sable, du Panhandle de Floride (dans l'ouest de cet Etat américain) aux côtes de l'Alabama.

Cela n'a jamais été fait à une telle échelle. Mais ne rien faire, selon les experts, pourrait s'avérer catastrophique. Les petites tortues pourraient se retrouver couvertes de pétrole et empoisonnées par une nourriture contaminée.

«C'est un effort extraordinaire à faire dans des circonstances extraordinaires, mais si nous pouvons sauver une partie des bébés, cela vaut la peine», a confié Chuck Underwood, qui travaille pour l'USFWS. Selon lui, si les tortues restent empêtrées dans le pétrole, il y a de fortes chances qu'on perde «la plupart d'entre elles, sinon la totalité». «Il y a un risque de perdre une génération entière», a-t-il ajouté.

Plusieurs dizaines de personnes ont été déployées le long des côtes du Panhandle de Floride et des côtes d'Alabama pour repérer les nids de tortues, qui sont pour la plupart des carets, une grande tortue carnivore menacée d'extinction vivant dans les mers chaudes.

Dans une dizaine de jours, ils vont commencer le travail délicat d'évacuation des nids, essentiellement à la main. L'excavation doit s'effectuer lentement, délicatement, pour s'assurer que les oeufs ne cassent pas.

Les oeufs seront ensuite déposés avec précaution dans des conteneurs spécialement conçus pour cela, humides, avec du sable, comme si les oeufs se trouvaient toujours dans leur nid. Les conteneurs seront ensuite transportés en camion à environ 805 kilomètres plus à l'est, au Centre spatial Kennedy, en Floride, dans des entrepôts dont la température est étroitement contrôlée.

Là, les oeufs resteront jusqu'à l'éclosion des petites tortues, et elles seront alors conduites sur la côte est de la Floride, où elles pourront nager dans l'océan Atlantique sans risquer d'être recouvertes de pétrole.

«Il y a beaucoup d'inconnu dans ce que nous faisons», a toutefois reconnu Chuck Underwood, en remarquant que beaucoup de petites tortues risquent quand même de mourir en raison notamment du transport, une opération très délicate.

Les tortues de mer du golfe du Mexique ont déjà été victimes de la pêche commerciale et de la perte de leur habitat.

Les tortues de Kemp (une espèce menacée), qui font leurs nids sur les plages du Mexique et du Texas, ont en outre subi les répercussions de la fuite d'hydrocarbures provoquée par l'explosion meurtrière de la plate-forme Deepwater Horizon le 20 avril. Certaines ont été retrouvées couvertes de pétrole, mais on ignore combien sont mortes. Des analyses sont en cours.

Des carets, une espèce également menacée, ont aussi été retrouvés couverts de pétrole et morts depuis le début de la marée noire, ainsi que des tortues «leatherback» et des tortues vertes.