Le propriétaire de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, dont l'explosion a entraîné une vaste marée noire dans le Golfe du Mexique, a dénoncé mardi la décision de Barack Obama de geler les forages pendant six mois.

ASSOCIATED PRESS

«Il y a des mesures que l'administration (américaine) pourrait mettre en oeuvre aujourd'hui et qui permettrait à l'industrie de reprendre le travail demain sans un moratoire arbitraire de six mois», a déclaré à la presse le président de Transocean Ltd, Steven Newman, en marge d'une conférence sur le pétrole à Londres.

Transocean est propriétaire de la plate-forme Deepwater, gérée par BP. Le 20 avril, son explosion a tué 11 employés et entraîné la plus grave catastrophe écologique du pays.

Un juge fédéral de la Nouvelle-Orléans examine actuellement une éventuelle levée du moratoire sur les nouveaux forages. Il devrait prendre sa décision d'ici mercredi.

Pendant une audience qui a duré deux heures lundi, le magistrat, Martin Feldman, a entendu les arguments des opposants et partisans au moratoire. L'avocat des plaignants, Carl Rosenblum, a noté que le gel des forages pourrait être aussi dévastateur, économiquement, que la marée noire elle-même. «C'est une fermeture industrielle sans précédent. Le gouvernement n'a jamais fait une telle chose».

Les avocats de l'administration américaine ont pour leur part fait valoir que les régulateurs de l'industrie pétrolière avaient besoin de temps pour évaluer les dangers du forage. «Les garanties et régulations en place le 20 avril n'ont pas créé une marge suffisante de sécurité», a souligné l'avocat du Département de la Justice, Guillermo Montero.