Un nouveau sondage publié dimanche donne Barack Obama et son rival républicain Mitt Romney au coude à coude dans les intentions de vote, à deux semaines de l'élection présidentielle et à la veille de leur dernier débat lundi soir en Floride.

Mis à jour le 22 oct. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon cette enquête publiée par le Wall Street Journal et la chaîne NBC News, les deux rivaux recueillent 47 % des intentions de vote auprès des électeurs les plus susceptibles de voter.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Lors du précédent sondage mené pour ces deux médias, avant les débats, le président américain bénéficiait d'une avance de trois points (49 contre 46) sur M. Romney.

Sur un échantillon plus large des électeurs inscrits, le président Obama reste en tête avec 49 % d'intentions de vote contre 44 % à son adversaire républicain, selon cette dernière enquête.

Le sondage montre également une montée de la confiance qu'inspire M. Romney aux électeurs inscrits : 47 % se disent confiants ou persuadés qu'il ferait un bon travail en tant que président, soit une progression de cinq points par rapport au précédent sondage WSJ/NBC.

Sur cette question, la cote de M. Obama reste inchangée à 50 %.

M. Romney a également réduit de huit à cinq points son retard sur le président sortant sur ses capacités à être un bon « commandant en chef » des forces armées.

Cette enquête a été menée du 17 au 20 octobre auprès de 1000 électeurs inscrits sur les registres électoraux, et auprès de 816 électeurs « susceptibles de voter ». La marge d'erreur est d'environ 3,1 %.

Les deux candidats à la Maison-Blanche se retrouvent lundi soir à l'Université de Boca Raton en Floride pour leur troisième et dernier débat, consacré cette fois à la politique étrangère, avec pour chacun l'espoir de faire bouger les sondages.

Le L.A. Times préfère Obama



Le Los Angeles Times, un des principaux quotidiens américains, apporte lundi son soutien au président Barack Obama pour un second mandat à la Maison-Blanche, jugeant que le pays a profité de la stabilité qu'il a apporté à sa fonction.

« La nation a été bien servie par la manière stable de diriger qu'a imprimée le président Obama. Il mérite un second mandat », estime le journal dans son éditorial.

Alors que ses opposants l'ont accusé d'être socialiste et musulman, « il s'est montré adulte, moins idéologue que pragmatique, plus prudent qu'arrogant », poursuit le L.A. Times.

Pour le quotidien, son adversaire républicain Mitt Romney, s'il était élu, exacerberait les effets de la crise économique dans le pays « en dépensant de manière extravagante pour la défense alors même que la dernière guerre de l'ère Bush (en Afghanistan, NDLR) se termine ».

« La solution de rechange offerte par Romney négligerait l'infrastructure du pays et les ressources humaines au profit d'une nouvelle réduction d'impôts et d'un budget de la défense plus important que ce que même le Pentagone réclame », estime encore le quotidien.