À l'exception de l'Europe et du Japon, le président américain ne jouit pas des mêmes appuis qu'en 2009 en matière de politique étrangère.

Richard Hétu, collaboration spéciale LA PRESSE

S'il n'en tenait qu'à l'Europe et au Japon, Barack Obama serait réélu haut la main en novembre. Mais les décisions du président des États-Unis en matière de politique internationale reçoivent aujourd'hui un appui moins favorable qu'en 2009, selon une étude réalisée dans 21 pays et publiée hier par le centre de recherche Pew.

«Obama mérite-t-il d'être réélu?» À cette question, 92% des personnes interrogées répondent oui en France, 89% en Allemagne, 73% en Grande-Bretagne et 66% au Japon. Dans plusieurs autres pays, en revanche, le nombre d'habitants qui souhaitent sa défaite est supérieur au nombre de personnes qui voudraient qu'il soit réélu. C'est le cas au Liban, où 62% des personnes interrogées ne pensent pas qu'il mérite un second mandat. C'est aussi le cas en Jordanie (73%), en Égypte (76%), en Chine (39%) et en Russie (27%).

Les campagnes de tirs américains de drones contribuent à la baisse de popularité des décisions de politique internationale de Barack Obama. Elles suscitent l'opposition de fortes majorités dans 17 des 21 pays étudiés par Pew.

Soutien à la politique étrangère du président américain

CHINE

2009: 57%

2012: 27%

Parmi les 21 pays inclus dans l'étude du centre Pew, la Chine est celui où le désenchantement à l'égard des décisions de politique internationale de Barack Obama est le plus prononcé. Les critiques du président américain concernant la monnaie chinoise ont contribué à ce malaise.

RUSSIE

2009: 40%

2012: 22%

Malgré sa volonté de relancer les relations entre les États-Unis et la Russie, Barack Obama a vu la cote de sa politique étrangère piquer du nez au pays de Vladimir Poutine. Les Russes reprochent notamment à l'Américain ses positions concernant la Libye, la Syrie et le système de défense antimissile.

MEXIQUE

2009: 56%

2012: 39%

Les trafics de drogue et d'armes sont au centre de plusieurs malentendus qui ont nui à l'image de Barack Obama et à la crédibilité de sa politique étrangère auprès des Mexicains. Ceux-ci reprochent notamment au président de ne rien faire pour lutter contre la consommation de drogue aux États-Unis, qui enrichit les narcotrafiquants.

PAKISTAN

2009: 12%

2012: 8%

Le raid contre la retraite d'Oussama ben Laden. Le bombardement de deux postes militaires. La campagne de tirs de drones dans les zones tribales. Le meurtre de deux Pakistanais par un agent de la CIA. Depuis 2009, ce ne sont pas les raisons de désapprouver encore davantage la politique étrangère de Barack Obama qui ont manqué aux Pakistanais.

FRANCE

2009: 93%

2012: 78%

Comme plusieurs Européens, les Français continuent à faire confiance à Barack Obama sur le plan international, mais ils lui reprochent d'avoir manqué à ses promesses dans certains dossiers, dont celui des changements climatiques.