Source ID:; App Source:

Le succès de la stratégie afghane d'Obama passe par l'instable Pakistan

Le président Barack Obama a depuis son arrivée réorienté la priorité militaire... (Photo: Reuters)

Agrandir

Photo: Reuters

Dossiers >

Les 100 jours d'Obama

International

Les 100 jours d'Obama

Retour sur les 100 premiers jours de Barack Obama à la présidence des États-Unis. »

Agence France-Presse
Washington

Le président Barack Obama a depuis son arrivée réorienté la priorité militaire américaine de l'Irak vers l'Afghanistan, et mis au coeur de sa stratégie le Pakistan, dont dépendra le succès ou l'échec d'une guerre devenue sienne.

«Le plus grand défi pour l'administration Obama sera de convaincre le Pakistan de s'attaquer plus vigoureusement aux rebelles. Sans cela, nous pouvons continuer d'envoyer des troupes en Afghanistan mais nous resterons dans l'impasse», prévient Malou Innocent, experte en relations internationales à l'institut de recherche Cato.

Pour tenter d'enrayer les violences en Afghanistan, le nouveau locataire de la Maison-Blanche a décidé d'y déployer 21 000 soldats supplémentaires, en sus des quelque 70 000 membres des forces internationales déjà sur place, et promis d'envoyer des centaines d'experts en développement.

Partisan d'une approche régionale, il a également promis une assistance militaire et une aide financière de 1,5 milliard de dollars sur cinq ans au voisin pakistanais, dont la frontière occidentale est devenue la base arrière d'Al-Qaeda et des rebelles combattant en Afghanistan.

Cette stratégie, surnommée «AfPak» à Washington, a pour objectif de lutter contre l'implantation d'Al-Qaeda et d'extrémistes dans la région, tout en développant les institutions afghanes pour que le pays puisse un jour assurer sa propre sécurité.

De l'avis de Daniel Markey, du Centre des affaires étrangères (CFR), si le projet présidentiel fait un pas dans le bons sens, «l'administration doit déclarer prioritaire la mission au Pakistan», puissance nucléaire dont l'attitude ambivalente vis-à-vis des rebelles n'en finit pas d'inquiéter Washington.

Sous la pression des États-Unis, l'armée pakistanaise a engagé une offensive contre les talibans dans les zones tribales du nord-ouest.

Mais Islamabad, rallié à la lutte antiterroriste après le 11 septembre et devenu un acteur primordial de ce combat, semble souffler le chaud et le froid.

Le président pakistanais Asi Ali Zardari a donné son feu vert à l'instauration des tribunaux islamiques dans la vallée de Swat, place forte des extrémistes dont l'armée n'est pas venue à bout, en échange d'un cessez-le-feu, suscitant la critique de la secrétaire d'État Hillary Clinton l'accusant d'avoir «abdiqué».

Washington peine à convaincre le Pakistan du péril terroriste malgré une vague sanglante d'attentats sur son territoire, alors que le pays considère l'Inde, son frère ennemi, comme la plus grave menace à sa sécurité.

Le président Obama a prévenu Islamabad que l'aide financière promise ne serait pas «un chèque en blanc» et appelle des résultats.

Toutefois «Washington doit résister à la tentation d'imposer des conditions inflexibles à son aide. Cela offrirait des munitions aux adversaires des États-Unis dans le pays, tout en décourageant nos alliés», explique Daniel Markey.

En outre, les États-Unis «ont besoin du Pakistan» pour lutter contre l'insurrection et pour continuer d'approvisionner les troupes internationales en Afghanistan, dont quelque 80% transitent par le sol pakistanais, fait remarquer Malou Innocent.

En plus du front afghano-pakistanais, M. Obama risque d'être rattrapé dans les prochains mois par la guerre en Irak, qu'il a promis d'achever.

L'accord entre Washington et Bagdad prévoit un retrait américain des villes irakiennes fin juin, avant un retrait total du pays fin 2011, mais il semble aujourd'hui probable que les GI restent plus longtemps que prévu dans certains centres urbains, alors que le pays est confronté à un regain de violences.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer