Trente-deux djihadistes ont été tués dans le Sinaï égyptien «au cours des derniers jours», dans le cadre de l'opération lancée en février contre la branche locale du groupe État islamique (EI), a annoncé jeudi l'armée égyptienne.

Publié le 21 juin 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Trente-deux «takfiris» ont été tués ces derniers jours dans le cadre des opérations destinées à «nettoyer le nord et le centre du Sinaï du terrorisme», a indiqué l'armée dans un communiqué, utilisant un terme désignant les djihadistes du groupe «Province du Sinaï», la branche locale de l'EI.

En outre 12 «takfiris» ont été détenus et des armes et munitions saisies par les forces de sécurité dans des «repaires et dépôts» appartenant aux djihadistes.

L'armée mène depuis le 9 février une vaste opération antijihadiste baptisée «Sinaï 2018», alors que la péninsule est le théâtre d'une insurrection de l'EI.

Fin novembre, le président Abdel Fattah al-Sissi avait donné trois mois à ses forces de sécurité pour rétablir la sécurité dans le Sinaï, délai depuis prolongé.

Depuis la destitution en 2013 par l'armée du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, les forces de sécurité affrontent dans le Sinaï des groupes extrémistes, dont l'EI. Des centaines de policiers et de soldats ont été tués dans ces affrontements.