Les trois attentats qui ont frappé la semaine dernière l'Arabie saoudite «portent la marque» du groupe État islamique (EI), a déclaré mercredi à Washington le directeur de la CIA John Brennan.

Publié le 13 juill. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les attentats n'ont pas été revendiqués. Les observateurs avaient tout de suite relevé que le mode opératoire évoquait celui des djihadistes de l'EI.

L'une des attentats-suicide a tué quatre gardes de sécurité dans la ville sainte de Médine, provoquant une vague d'indignation dans le monde musulman.

«Ces trois attaques étaient je pense l'oeuvre du groupe État islamique», a déclaré M. Brennan lors d'une conférence à la Brookings, un cercle de réflexion installé dans la capitale américaine.

«L'EI présente une menace très, très sérieuse pas seulement pour l'Europe et les États-Unis (...) mais aussi au sein des frontières de l'Arabie saoudite», a-t-il affirmé.

Le ministère saoudien de l'Intérieur avait annoncé quelques jours après les attaques l'arrestation de 19 suspects, 12 Pakistanais et sept Saoudiens.

L'Arabie saoudite, poids lourd régional, fait partie de la coalition internationale conduite par les États-Unis qui mène la guerre contre l'EI en Irak et en Syrie. Elle dirige en outre depuis mars 2015 une coalition arabo-sunnite qui lutte au Yémen contre les rebelles chiites.

Depuis plus d'un an, les autorités saoudiennes ont multiplié les arrestations d'islamistes radicaux. Elles ont annoncé en 2015 le démantèlement d'un groupe lié à l'EI avec l'interpellation de centaines de suspects, en majorité des Saoudiens.

L'EI a été proclamé comme «ennemi de l'islam» par le grand mufti Abdelaziz Al-Cheikh, la plus haute autorité religieuse sunnite d'Arabie saoudite.