Des raids de la coalition menée par les États-Unis ont détruit un champ pétrolier contrôlé par le groupe djihadiste État islamique (EI) dans l'est de la Syrie, a indiqué jeudi un porte-parole américain.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Les frappes de la nuit dernière ont visé les raffineries contrôlées par Daech et leurs centres de commande et de contrôle» dans le champ pétrolier d'Al-Omar, situé près de la ville de Deir Ezzor (est), a affirmé à la presse le responsable américain des opérations, le Major Michael Filanowski, utilisant l'acronyme arabe de l'EI.

«Nous avions 26 cibles et elles ont toutes été touchées», a-t-il dit. «Cela va perturber leur capacité stratégique à se financer».

Il a estimé que le montant total d'argent généré par l'EI grâce à l'exploitation du champ pétrolier d'Al-Omar était compris entre 1,7 et 5,1 millions de dollars par mois (1,5 et 4,6 millions d'euros).

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a indiqué que les raids de la coalition sur Al-Omar avaient détruit des gazoducs et des installations pétrolières.

Un civil a été tué et plusieurs civils et combattants de l'EI ont été blessés au cours de ces raids, a ajouté le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

L'EI, qui contrôle de larges régions en Syrie et en Irak, s'appuie en grande partie sur la production pétrolière pour financer son autoproclamé «califat».