L'armée américaine a procédé à 4100 sorties aériennes depuis le lancement le 8 août de l'offensive contre les jihadistes de l'État islamique en Irak et en Syrie, y compris les vols de surveillance, le ravitaillement en carburant et les frappes.

AGENCE FRANCE-PRESSE

À ce chiffre, transmis lundi par un responsable militaire américain sous couvert de l'anonymat, s'ajoutent une quarantaine de vols qui ont été menés par les cinq pays arabes membres de la coalition emmenée par Washington contre le groupe EI depuis le 23 septembre.

Selon le Pentagone, la Jordanie, l'Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Qatar ont mené 23 frappes aériennes en Syrie, les Américains, 66.

Sur les quelque 4100 sorties américaines, près de 1400 étaient des vols de ravitaillement pour les avions en date du 27 septembre, a précisé ce responsable, sans donner de chiffre sur les vols de surveillance.

Si l'opération continuait sur cette cadence, le nombre de sorties aériennes en Irak et Syrie dépasserait l'intervention américaine aérienne en Libye. D'avril à fin août 2011, les États-Unis avaient accompli 5300 sorties aériennes dans le cadre d'une campagne menée par l'Otan.

L'offensive américaine, qui comprend également 1600 soldats au sol mais sans mission de combat, aurait coûté entre 780 à 930 millions de dollars au 24 septembre, selon un décompte fait par le groupe de réflexion Center for Strategic and Budgetary Assessments.