Source ID:; App Source:

Les djihadistes s'emparent d'une ancienne usine d'armes chimiques

De la fumée s'échappe d'un raffinerie de pétrole... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

De la fumée s'échappe d'un raffinerie de pétrole prise mercredi par le EIIL.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Chaos en Irak

International

Chaos en Irak

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EIIL ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Des islamistes sunnites, qui ont pris le contrôle d'une partie de l'Irak, se sont emparés d'une ancienne usine de production d'armes chimiques datant du régime de Saddam Hussein, a affirmé jeudi la porte-parole du Département d'État américain.

«Nous savons que l'EIIL (État islamique en Irak et au Levant) a occupé le complexe d'Al Muthanna», a indiqué Jen Psaki dans un communiqué.

Mais elle a précisé qu'elle ne pensait que ces insurgés islamistes soient en mesure de produire des armes chimiques opérationnelles, en raison de la vétusté et de l'ancienneté des produits pouvant encore s'y trouver.

Le complexe, situé à quelque 70 km au nord-ouest de Bagdad, avait commencé à produire du gaz moutarde et d'autres gaz chimiques, dont du sarin, au début des années 80, quelques mois après l'accession à la présidence de Saddam Hussein, selon un document de la CIA.  Ce programme d'armement chimique avait atteint son apogée pendant la guerre Iran-Irak à la fin des années 80, avec quelque 209 tonnes de gaz sarin produites en 1987 et 394 tonnes en 1988.

Mais la CIA affirme que ce complexe avait ensuite été fermé après la première guerre du Golfe lorsque des résolutions des Nations unies ont interdit à l'Irak toute production d'armes chimiques.

Au début des années 90, le site a été utilisé pour superviser la destruction des stocks irakiens d'armes chimiques.

Les États-Unis restent toutefois «préoccupés par la prise de n'importe quel site militaire par l'EIIL», a précisé Mme Psaki.

«Nous ne pensons pas que le complexe contienne du matériel (pour des armes chimiques) à utilisation militaire et il serait très difficile, sinon impossible, de le déplacer en sécurité», a-t-elle ajouté.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Raqqa, capitale de l'EIIL

    Guerre civile en Syrie

    Raqqa, capitale de l'EIIL

    Drapeaux noirs, combattants et emblèmes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) à chaque coin de rue: pas de doute sur qui fait la loi à... »

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer