Le corps du jeune Noir américain Trayvon Martin, tué en février par George Zimmerman, un homme qui effectuait une ronde de surveillance dans son quartier, contenait des traces de THC, une molécule contenue dans le cannabis, révèle le rapport d'autopsie publié jeudi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les analyses médicales effectuées par le médecin légiste ont indiqué la présence de THC, une molécule contenue dans le cannabis, dans les urines et le sang de Trayvon Martin, selon ce rapport.

George Zimmerman a reconnu avoir abattu le 26 février le jeune homme qui marchait dans son quartier, désarmé. Il plaide la légitime défense et invoque une loi controversée de Floride qui permet d'utiliser la force dès lors qu'on se sent menacé.

La justice a fixé au 8 août la prochaine audience à laquelle devra comparaître Zimmerman, en liberté sous caution depuis le 23 avril et plaidant non coupable, malgré les protestations de la famille Martin et d'organisations de défense des droits civiques qui dénoncent un crime racial.

Le rapport d'autopsie fait partie d'un dossier de 183 pages rendu public par le procureur, Angela Corey. Il contient également les rapports des agents de police arrivés sur place, juste après que Zimmerman ait tiré sur Trayvon Martin.

Michael Wagner, le premier agent à s'être rendu sur les lieux du drame, avait pris des photos de Zimmerman avec son téléphone portable. Sur plusieurs d'entre elles, fournies dans le dossier du procureur, des entailles à l'arrière de la tête de George Zimmerman sont visibles, ainsi que son nez fracturé.

Les circonstances du moment de la mort du jeune Noir restent floues. Zimmerman affirme que l'adolescent l'a attaqué en premier et qu'il n'a fait que se défendre.

Dans un rapport, l'un des policiers assure que «la bagarre aurait pu être évitée» si Zimmerman «était resté dans sa voiture et avait attendu l'arrivée de la police», au lieu d'aborder directement Trayvon Martin.