Source ID:; App Source:

Pistorius suicidaire depuis la mort de sa petite amie

Oscar Pistorius à son arrivée au tribunal de... (PHOTO WERNER BEUKES, REUTERS)

Agrandir

Oscar Pistorius à son arrivée au tribunal de Pretoria, le 2 juillet.

PHOTO WERNER BEUKES, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'affaire Pistorius
L'affaire Pistorius

Accusé du meurtre prémédité de sa petite amie Reeva Steenkamp lors de la nuit de la Saint-Valentin 2013, Oscar «Blade Runner» Pistorius, champion paralympique sud-africain, soutient qu'il a tué sa copine accidentellement, croyant tirer sur un cambrioleur réfugié dans la salle de bain. »

Agence France-Presse
PRETORIA

Oscar Pistorius souffre d'une tendance suicidaire depuis la mort de sa petite amie en février 2013, selon le rapport des psychiatres ayant conclu à sa responsabilité pénale, dont son avocat a donné lecture mercredi au procès.

Renonçant à contester ce rapport qui a conclu que l'athlète sud-africain handicapé était sain d'esprit lors des faits et n'avait aucune circonstance atténuante, l'avocat Barry Roux a néanmoins tenu à lire à haute voix une partie de son contenu, non dévoilée lundi.

À défaut d'offrir la moindre échappatoire légale, le rapport contredit en partie l'accusation, les médecins n'ayant décelé aucun des traits de personnalité, narcissisme ou psychopathie caractéristiques des hommes violents ou abusifs avec leur compagne.

«Sa capacité à gérer ses émotions est bien développée», souligne au contraire le rapport, cité par l'avocat, et M. Pistorius. «Aucune preuve n'a été trouvée indiquant que M. Pistorius a un passé d'agressivité anormale ou de violence explosive».

«Monsieur Pistorius a été gravement traumatisé par les événements du 14 février 2013. Il souffre actuellement d'un trouble stress post-traumatique et d'un trouble dépressif majeur», ajoute le rapport.



Sa petite amie, Reeva Steenkamp, a été tuée à cette date par le champion qui plaide la thèse de l'accident. L'accusation affirme au contraire qu'il a agi sciemment, sous l'emprise de la colère.

«M. Pistorius est soigné et suivi par des psychiatres et psychologues pour son état actuel. Sans traitement médical approprié, son état risquerait d'empirer et cela augmenterait le risque de suicide», a ajouté Barry Roux, lisant le document.

«Le degré d'anxiété et la pression présente sont significatifs. Il porte aussi le deuil après la perte de mademoiselle Steenkamp», selon les experts.

L'an dernier, un mois après le meurtre, la famille Pistorius avait formellement démenti qu'Oscar Pistorius soit suicidaire, suite aux déclarations à la BBC d'un de ses amis, l'éleveur de chevaux Mike Azzie.

Le drame de la Saint-Valentin 2013 a brisé la carrière sportive d'Oscar Pistorius, six fois médaillé d'or et pionnier de la reconnaissance du handisport sur la scène mondiale, notamment avec sa participation aux côtés de valides aux Jeux olympiques de Londres de 2012.

Son gérant Peter Van Zyl a souligné à l'audience qu'il n'avait plus aucun contrat pour son client et ami.

«Les contrats ont été stoppés», a-t-il dit, «et nous avons même dû signer des papiers comme quoi Pistorius devait rembourser certaines sommes à certains de ses commanditaires».

«Je n'ai rien à gagner à faire un témoignage biaisé en faveur de M. Pistorius», a-t-il assuré au procureur Gerrie Nel. Celui-ci l'accusait d'avoir des trous de mémoire sélectifs et de vouloir passer sous silence les éclats de sa vie sentimentale agitée tout comme les accès de colère dont des témoins ou courriers ont gardé la trace, même durant les compétitions.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer