Source ID:; App Source:

La petite amie de Pistorius n'était pas en position défensive

L'expert en balistique Wollie Wolmarans (à droite) a témoigné... (PHOTO HERMAN VERWEY, REUTERS)

Agrandir

L'expert en balistique Wollie Wolmarans (à droite) a témoigné vendredi au procès d'Oscar Pistorius, où il a déclaré que la victime se trouvait près de la porte des toilettes, et légèrement penchée en avant, lorsque le premier des quatre coups de feu a frappé sa hanche.

PHOTO HERMAN VERWEY, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'affaire Pistorius
L'affaire Pistorius

Accusé du meurtre prémédité de sa petite amie Reeva Steenkamp lors de la nuit de la Saint-Valentin 2013, Oscar «Blade Runner» Pistorius, champion paralympique sud-africain, soutient qu'il a tué sa copine accidentellement, croyant tirer sur un cambrioleur réfugié dans la salle de bain. »

Agence France-Presse
PRETORIA

Un expert en balistique cité par la défense d'Oscar Pistorius a estimé vendredi que les balles qui ont frappé son amie Reeva Steenkamp, qu'il a tuée en 2013, ne l'ont pas atteinte dans l'ordre indiqué par l'accusation, et qu'elle n'était pas en position défensive.

Wollie Wolmarans a cherché à montrer qu'elle était sur le point de sortir des toilettes où elle se trouvait quand le champion paralympique sud-africain l'a abattue en tirant quatre coups de feu à travers la porte, et qu'elle n'a pas cherché à se protéger le visage.

Le Parquet pense, expertise à l'appui, que Pistorius a sciemment tué sa petite amie, alors qu'elle s'était réfugiée aux toilettes lors d'une dispute, craignant sa colère. L'athlète affirme au contraire l'avoir tuée en croyant ouvrir le feu contre un cambrioleur.

M. Wolmarans a dit à la Cour vendredi que Reeva se trouvait près de la porte des toilettes, et légèrement penchée en avant, lorsque le premier des quatre coups de feu a frappé sa hanche. Les balles suivantes ont touché son bras et sa main, et la dernière a frappé sa tête alors qu'elle tombait en arrière, selon lui.

Un expert de la police avait jugé qu'une balle avait raté Reeva et ricoché sur le mur, la blessant le dos, tandis que la dernière l'aurait frappée à la main et à la tête, alors qu'elle était assise dans une position défensive, les mains devant la tête.

Wollie Wolmarans a estimé que les quatre balles ont touché la mannequin, estimant que la même balle n'a pu toucher à la fois la main et la tête, car on aurait trouvé du tissu cérébral sur sa main.

«Je ne pense pas que ce tissu aille sur le mur, il serait dans la paume de la main», a relevé M. Wolmarans. Les blessures du dos de Reeva étaient selon lui «compatibles avec la chute sur une surface émoussée» et ont été provoquées quand la victime est tombée sur un porte-revues en bois dans les toilettes.

La version selon laquelle elle est tombée dans une position assise sur le porte-revues «n'a pas de sens pour moi», a-t-il souligné.

Son témoignage renforce la thèse de la défense, pour qui Reeva Steenkamp, était tranquillement allée aux toilettes en pleine nuit et a été abattue par son ami alors qu'elle s'apprêtait à tourner la poignée de la porte pour en sortir. Oscar Pistorius, qui avait entendu du bruit, aurait alors tiré pensant qu'il s'agissait d'un intrus, alors qu'il la croyait toujours couchée.

S'il est jugé coupable, le double amputé risque la prison à vie, soit 25 ans de prison incompressibles.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer