Les États-Unis «flagrants violateurs des droits», selon la Corée du Nord

Le leader nord-coréen Kim Jong-un... (PHOTO ARCHIVES AFP/AGENCE KCNA)

Agrandir

Le leader nord-coréen Kim Jong-un

PHOTO ARCHIVES AFP/AGENCE KCNA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SÉOUL

La Corée du Nord a accusé les États-Unis d'être de «flagrants violateurs des droits de l'homme», a rapporté mercredi la presse officielle.

L'agence nord-coréenne KCNA a publié son rapport en langue anglaise sur le livre blanc annuel de Pyongyang relatif aux violations des droits de l'homme au moment où le président américain Donald Trump commençait son discours sur l'état de l'Union dans lequel il a condamné le Nord.

Le bilan de la Corée du Nord en matière de droits est sévèrement critiqué à la fois par les États-Unis et par l'ONU. Selon les estimations, jusqu'à 120 000 prisonniers politiques sont détenus dans des camps semblables à des goulags.

Washington publie un rapport annuel sur les droits de l'homme qui classe régulièrement le Nord parmi les pires pays du monde en la matière, mais le rapport de Pyongyang concerne exclusivement les États-Unis.

«Les États-Unis, «gardiens de la démocratie» et «champions des droits de l'homme», alimentent l'escroquerie aux droits de l'homme, mais ils ne pourront jamais camoufler leur véritable identité de flagrants violateurs des droits de l'homme», selon le livre blanc cité par KCNA.

«La discrimination raciale et la misanthropie sont des maladies graves inhérentes au système social américain et elles se sont aggravées depuis l'entrée en fonction de Trump», ajoute l'agence, qui évoque les manifestations violentes de Charlottesville l'année dernière.

Les Américains de la classe ouvrière «sont suspendus au-dessus de l'abysse du cauchemar», privés d'emploi et de logement, confrontés à des coûts médicaux exorbitants, ajoute le texte. Parallèlement, plusieurs des hauts représentants de l'administration Trump sont «des milliardaires issus de conglomérats», poursuit KCNA.

«Les politiques antipopulaires menées ouvertement par l'administration Trump depuis un an servent, sans exception, les intérêts d'une poignée issus des cercles les plus riches».

Une commission de l'ONU avait publié en 2014 un rapport accablant concluant que la Corée du Nord se rendait coupable d'exactions «sans égal dans le monde contemporain».

Les enquêteurs des Nations unies avaient recueilli des témoignages d'exilés nord-coréens et documenté un vaste réseau de camps de prisonniers, ainsi que des cas de torture, d'exécutions sommaires et de viols.

La Corée du Nord avait qualifié le rapport de fiction inventée par les États-Unis et leurs alliés.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer