Pour la première fois en soixante ans de règne, la reine Élisabeth II a assisté mardi à son premier conseil des ministres à l'occasion de son jubilé de diamant, une démarche très remarquée pour cette souveraine au rôle apolitique.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La reine de 86 ans, portant un manteau bleu indigo, a été accueillie par le premier ministre David Cameron au N.10 Downing Street, où elle a participé pendant une demi-heure en tant qu'observatrice à la réunion du cabinet, qui constitue le coeur du gouvernement britannique.

Selon un porte-parole de Downing Street, la reine a parlé à deux reprises lors de cette réunion, pour évoquer «avec humour» son prochain discours à l'ouverture de la session parlementaire puis pour souhaiter un «joyeux Noël» aux participants.

Ces derniers lui ont offert en cadeau pour son jubilé service de table laqué, représentant Buckingham Palace, fabriqué à la main par une entreprise du Gloucestershire. Ils ont aussi fait une donation au fonds mis en place à l'occasion du jubilé de diamant, dont le montant n'a pas été révélé.

Après avoir serré la main des membres du cabinet qui se tenaient debout en rang d'oignon, la reine s'est assise entre le premier ministre David Cameron et le ministre des Affaires étrangères William Hague.

Le chef du gouvernement lui a présenté ses voeux «très chaleureux» de bienvenue et l'a félicitée «pour cette fantastique année de jubilé».

Une certaine confusion a régné autour de la date d'une participation royale antérieure à un conseil des ministres : des sources officielles avaient mentionné lundi la présence de la reine Victoria, morte en 1901, à ces réunions.

Mais mardi, David Cameron a rappelé que le roi George VI, père d'Élisabeth, avait rencontré le cabinet pendant la Seconde Guerre mondiale. Toutefois «nous pensons que la dernière venue d'un monarque au conseil des ministres remonte à 1781, pendant la guerre d'indépendance américaine», a-t-il dit.

La reine, qui est chef de l'État, a un rôle essentiellement symbolique et observe traditionnellement une stricte neutralité à l'égard de la politique. Par définition, elle règne, mais ne gouverne pas.

Elle s'est toutefois rendue à Downing Street à plusieurs occasions. Sa plus récente visite remonte à juin, date à laquelle elle avait participé à un déjeuner organisé par David Cameron pour son jubilé, en présence des anciens chefs de gouvernement John Major, Tony Blair et Gordon Brown.

À total, Élisabeth II a vu se succéder pendant son règne douze premiers ministres, à commencer par Winston Churchill.

De façon exceptionnelle, les premières minutes du conseil des ministres ont été ouvertes aux caméras. Les images montrent la reine silencieuse, écoutant David Cameron et le «chief whip» George Young, responsable chargé de la discipline du parti conservateur au Parlement.

La reine n'a assisté qu'aux trente premières minutes de cette réunion, qui dure généralement environ une heure et demie.

Mais cette participation a toutefois choqué certains, comme Rodney Barker, professeur émérite de science politique à la London School of Economics, qui a jugé qu'elle rendait «la situation floue».