Devant les nombreuses irrégularités dans le vote qui se tient depuis ce matin en Haïti, les principaux candidats de l'opposition réclament l'annulation du scrutin et l'organisation de nouvelles élections.

Agnès Gruda, envoyés spéciale LA PRESSE

Dans un rare geste d'unité, douze des dix-huit candidats à la présidence, dont la favorite Mirlande Manigat et le chanteur Michel Martelly, dénoncent la «fraude massive qui est en train de se commettre dans tout le pays et dans tous les bureaux de scrutin.»

«Nous demandons l'annulation des élections», réclame le communiqué signé par les 12 candidats, et rendu public cet après-midi à l'hôtel Caribe, à Port-au-Prince.

Les 12 candidats, qui affirment posséder de nombreux enregistrements prouvant l'ampleur des fraudes, accusent le Conseil électoral provisoire, responsable de l'organisation du vote, et le président René Préval, d'avoir manipulé l'élection pour mettre au pouvoir son dauphin Jude Célestin. Ils demandent aussi aux citoyens de se mobiliser et de manifester pacifiquement dans les rues pour protester contre ces «actes antidémocratiques.»

«C'était un désordre organisé par l'État pour que la population reste dans la misère», a dénoncé Michel Martelly, à l'issue de la conférence de presse.

Des supporters des candidats assistaient à l'événement, en criant «Haïti, Haïti», et en applaudissant les candidats.

Le Conseil électoral a réagi en assurant que le scrutin se déroulait correctement, sans accrocs majeurs dans le déroulement du vote.