Source ID:; App Source:

Cameroun: deux ans de prison pour homosexualité

Le journaliste et militant de la cause homosexuelle... (Photo AP)

Agrandir

Le journaliste et militant de la cause homosexuelle au Cameroun, Eric Lembembe.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

La lutte pour les droits des homosexuels

International

La lutte pour les droits des homosexuels

Violences homophobes, légalisation du mariage gai, lisez les dernières nouvelles sur la situation et l'avancement des droits des homosexuels dans le monde. »

Agence France-Presse
Yaoundé

Un tribunal de Yaoundé a condamné mardi un homme accusé d'homosexualité à deux ans de prison ferme et un mineur poursuivi dans la même affaire à un an de prison avec sursis.

Joseph Omgba, détenu depuis bientôt deux ans, a été déclaré «coupable d'outrage sur mineur suivi de rapports sexuels et d'homosexualité» et condamné à deux ans de prison ferme, selon le verdict lu à l'audience. Le mineur, détenu un moment puis remis en liberté, a été déclaré «coupable d'homosexualité» et condamné à un an avec sursis. Un troisième accusé, Séraphon Ntsama, majeur et également détenu depuis bientôt deux ans, a été déclaré «non coupable au bénéfice du doute» et acquitté.

Le tribunal, qui n'a pas motivé ses condamnations, a également condamné Joseph Omgba, à 50 000 FCFA (103 $) d'amende et à des frais de justice du même ordre. En cas de paiement de l'amende et des frais de justice, il sera libéré rapidement, car il a effectué près de deux ans de détention préventive à la prison centrale de Yaoundé.

Il a été arrêté le 10 août 2011 à son domicile à Yaoundé alors qu'il était en compagnie d'une autre personne à qui il devait vendre une vidéo à caractère pornographique, selon ses avocats. Séraphin Ntsama et le mineur avaient été interpellés peu après dans les locaux de la police, lors d'une visite à Joseph.

Lors d'une audience devant le tribunal la semaine dernière, leurs avocats avaient demandé la relaxe de leurs clients.

Le procureur de la République Maurice Soh avait lui requis la condamnation de Joseph Omgba et du mineur. Concernant le troisième accusé, il avait estimé que les débats n'avaient pas permis de «dire avec conviction qu'il avait une activité homosexuelle».

Ce procès se déroulait dans un climat délétère, après le meurtre d'un militant des droits des homosexuels, Éric Lembembe.

Il a été retrouvé mort à son domicile à Yaoundé après avoir subi de nombreuses tortures, avait annoncé le 16 juillet l'organisation Human Right Watch (HRW), dont il était «un proche collaborateur».

Le ou les auteurs du meurtre n'ont pas été arrêtés pour le moment. Mais les avocates du militant, dont Me Nkom, ont accusé jeudi la police d'avoir bâclé l'enquête et de n'avoir «rien fait» pour collecter d'éventuels indices sur le corps supplicié.

L'homosexualité est interdite au Cameroun et passible d'une peine de cinq ans de prison.

De nombreuses ONG dénoncent régulièrement les arrestations et emprisonnements de personnes homosexuelles au Cameroun, de même que les nombreuses pressions et menaces à l'égard des défenseurs de leurs droits.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer