Source ID:8577239; App Source:DAM

Les Québécois sont moins généreux pour le Pakistan

Un jeune Pakistanais dans un camp de personnes... (Photo: AP)

Agrandir

Un jeune Pakistanais dans un camp de personnes déplacées, hier à Karachi. Selon un sondage mené au Québec, seulement 3% des répondants ont affirmé avoir ouvert leur portefeuille pour le Pakistan à la suite des inondations.

Photo: AP

Malgré l'ampleur de la crise humanitaire, les inondations au Pakistan n'éveillent pas la même générosité au Québec que le récent tremblement de terre en Haïti. Selon un nouveau sondage, 10 fois moins de Québécois ont fait des dons aux organismes qui viennent en aide aux sinistrés pakistanais qu'ils ne l'avaient fait au lendemain du séisme antillais du 12 janvier.

Parmi les Québécois qui ont répondu au sondage de la maison Angus Reid les 24 et 25 août derniers, seulement 3% ont affirmé avoir ouvert leur portefeuille pour le Pakistan. Au sein du même groupe, 36% disent avoir donné de l'argent aux victimes du tremblement de terre haïtien.

Selon les sondeurs, le phénomène est le même dans tout le pays. Alors que 38% des 1000 répondants canadiens signalent avoir fait des dons pour Haïti, tout juste 4% ont remis ça pour le Pakistan.

«Dans notre sondage, nous voyons notamment qu'il y a plus de répondants qui pensent que leur argent ne se rendra pas à la population dans le besoin», a exposé hier Jaideep Mukerji, vice-président aux affaires publiques d'Angus Reid. Selon les résultats de l'enquête, réalisée en ligne, alors que 38% des répondants estiment que l'argent qu'ils ont donné après le séisme en Haïti se rendra «au complet» ou «en grande partie» jusqu'aux sinistrés, seulement 28% partagent cette opinion dans le cas des inondations pakistanaises.

Pourquoi?

Selon François Audet, chercheur associé au Centre d'études et de recherche internationales de l'Université de Montréal, le fait que la catastrophe soit survenue pendant les vacances d'été des pays occidentaux, le manque de proximité linguistique avec le Pakistan et la couverture médiatique plus modeste expliquent en partie la chute dans la générosité des Québécois. «Il y a aussi la guerre au terrorisme qui influe sur l'imaginaire des donateurs. Le Pakistan n'est pas vu comme un pays ami», souligne le chercheur.

Au Canada, le gouvernement, qui a annoncé à ce jour des dons de 41 millions de dollars pour les sinistrés, s'est aussi engagé à égaler les dons versés par les citoyens d'ici le 12 septembre. Lors d'une campagne similaire après le séisme d'Haïti, les citoyens canadiens ont versé plus de 200 millions. Pour leur part, les Québécois ont donné au moins 66 millions pour Haïti depuis le tremblement de terre, un record historique.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer