Source ID:; App Source:

Quinze ans de prison pour un célèbre militant égyptien

Alaa Abdel Fattah, un des leaders de la... (PHOTO AFP/STR)

Agrandir

Alaa Abdel Fattah, un des leaders de la révolte qui a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak début 2011, avait été arrêté en novembre pour violences lors d'une manifestation non autorisée avant d'être libéré sous caution en mars. Il était poursuivi pour avoir enfreint une loi controversée limitant le droit de manifester.

PHOTO AFP/STR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Égypte
Égypte

Notre dossier sur le soulèvement populaire qui secoue l'Égypte. »

Agence France-Presse
LE CAIRE

Un tribunal égyptien a condamné mercredi à 15 ans de prison le célèbre militant de gauche Alaa Abdel Fattah ainsi que 24 autres personnes reconnues coupables d'avoir participé à des manifestations illégales, a indiqué à l'AFP son avocat.

Juste après l'annonce du verdict, M. Abdel Fattah et deux autres militants ont été arrêtés alors qu'ils se trouvaient à l'extérieur du tribunal, a indiqué à l'AFP l'avocat Ahmed Seif.

Alaa Abdel Fattah, un des leaders de la révolte qui a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak début 2011, avait été arrêté en novembre pour violences lors d'une manifestation non autorisée avant d'être libéré sous caution en mars. Il était poursuivi pour avoir enfreint une loi controversée limitant le droit de manifester.

Comme il a été jugé par contumace, Abdel Fattah pourra être rejugé durant sa détention, a déclaré M. Seif.

Les 24 coaccusés d'Abdel Fattah ont été également condamnés par contumace à 15 ans de prison chacun pour avoir pris part à des manifestations interdites, à des émeutes, avoir bloqué des routes et agressé des policiers, selon des sources judiciaires.

Avec Abdel Fatah, ils ont été accusés d'avoir volé à un policier des talkies-walkies lors d'une manifestation en novembre qui dénonçait les pouvoirs de plus en plus importants octroyés à l'armée dans le projet de constitution, adoptée deux mois plus tard.

Après la destitution en juillet 2013 du premier président élu démocratiquement du pays, l'islamiste Mohamed Morsi, les autorités dirigées par l'armée s'en étaient pris aux islamistes, mais aussi aux mouvements de jeunesse, très actifs dans la révolte anti-Moubarak.

En avril, un tribunal égyptien avait confirmé les peines de trois ans de prison fermes infligées à Ahmed Maher, fondateur du mouvement du 6-Avril, fer de lance de la révolte de 2011, à Mohamed Adel et à Ahmed Douma. Ils étaient eux aussi poursuivis pour avoir enfreint la loi limitant le droit de manifester.

L'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi, qui dirige de facto l'Égypte depuis qu'il a destitué Mohamed Morsi, a été élu fin mai président.

Dans les premiers mois du gouvernement intérimaire, des organisations internationales de défense des droits de l'homme avaient dénoncé un retour à un «régime plus autoritaire» que celui de M. Moubarak.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer