Source ID:; App Source:

Les hommes évacués de Homs sont interrogés par Damas

Des Syriens se préparant à être évacués de... (Photo Reuters)

Agrandir

Des Syriens se préparant à être évacués de Homs le 9 février dernier.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
Genève, Suisse

Les hommes évacués de la vieille ville de Homs sont interrogés par les forces de sécurité syrienne, sous surveillance du HCR (Haut-commissariat des réfugiés), a-t-on appris mardi à Genève lors d'un briefing de l'ONU.

«336 hommes, âgés de plus de 15 ans et de moins de 55 ans, ont été interpellés après leur évacuation pour être interrogés», a déclaré Melissa Fleming, porte-parole du HCR.

Sur ce nombre, 42 ont été relâchés, et les autres sont toujours entre les mains des autorités, qui les interrogent dans une école, située non loin de Homs.

«Le HCR est présent dans l'enceinte de l'école, mais n'assiste pas aux interrogatoires», a ajouté la porte-parole.

A l'issue des interrogatoires, le HCR a des entretiens avec les hommes, qui demandent souvent le regroupement avec leur famille, car ils ont quitté la vieille ville avec leur femme et enfants.

Selon l'OCHA, l'Office des nations unies pour les opérations d'urgence, quelque 1132 personnes ont été évacuées en quatre jours de la vieille ville de Homs, après un siège de 600 jours.

Aucune indication n'a été donnée quant au nombre de personnes qui se trouvent toujours dans l'enceinte de la vieille ville.

L'Unicef a indiqué pour sa part que 400 enfants, faisant partie du groupe des 1132 évacués ont été vaccinés contre la polio.

Il y a eu aussi 20 femmes enceintes évacuées.

La plupart des personnes évacuées ont témoigné avoir souffert du «froid, de la faim, de l'eau impropre et des bombardements incessants», a indiqué la porte-parole de l'UNICEF.

Régime et rebelles ont conclu une trêve par l'intermédiaire de l'ONU.

Cette trêve a été prolongée jusqu'à mercredi soir pour permettre davantage d'évacuations et l'acheminement de l'aide à ceux qui ont choisi de rester dans ces quartiers ruinés par la guerre qui ravage la Syrie.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer