Source ID:; App Source:

D'influents oulémas sunnites appellent au djihad en Syrie

«Il faut mener le jihad pour venir en... (PHOTO DANIEL LEAL-OLIVAS, AFP)

Agrandir

«Il faut mener le jihad pour venir en aide à nos frères en Syrie, en leur apportant entre autres argent et armes et en fournissant toute aide susceptible de sauver le peuple syrien de l'emprise de ce régime confessionnel», affirme un communiqué lu par le cheikh salafiste égyptien Mohammed Hassan, au terme de la réunion des oulémas au Caire.

PHOTO DANIEL LEAL-OLIVAS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
Le Caire

D'influents oulémas sunnites venant de plusieurs pays arabes dont l'Arabie saoudite et l'Égypte ont appelé jeudi à mener le djihad en Syrie contre le régime «confessionnel» de Bachar al-Assad  et à boycotter la Russie et l'Iran qui l'appuient.

«Il faut mener le jihad pour venir en aide à nos frères en Syrie, en leur apportant entre autres argent et armes et en fournissant toute aide susceptible de sauver le peuple syrien de l'emprise de ce régime confessionnel», affirme un communiqué lu par le cheikh salafiste égyptien Mohammed Hassan, au terme de la réunion.

«L'agression flagrante du régime iranien, du Hezbollah et de leurs alliés confessionnels en Syrie constitue une guerre déclarée à l'islam et aux musulmans», est-il écrit dans le texte.

Cet appel a été lancé lors d'un congrès au Caire, à l'initiative de la Ligue des oulémas musulmans, qui a rassemblé des oulémas de confession sunnite de plusieurs pays et institutions, dont notamment celle d'Al-Azhar en Égypte.

La guerre en Syrie prend une tournure de plus en plus confessionnelle: le clan Assad, qui appartient à la minorité alaouite, une branche du chiisme, a l'appui militaire du puissant mouvement chiite libanais Hezbollah, alors que les rebelles sont dans leur grande majorité sunnites.

Au Caire, un conseiller de haut niveau du président Mohamed Morsi a demandé que le mouvement de guerilla du Hezbollah «cesse immédiatement» ses implications en Syrie.

L'assistance du groupe chiite à Assad risque de «transformer ce conflit en un conflit confessionnel qui pourrait déborder sur la région entière», a déclaré jeudi à la presse Khaled Al-Qazzaz.

Qazzaz, secrétaire aux Affaires étrangères du président Morsi, a déclaré que le gouvernement n'était pas en train d'empêcher des Égyptiens de se porter volontaires en Syrie, surtout pour des opérations de secours.

«Le droit de voyager ou la liberté de voyager ou de prendre certaines positions sont ouverts pour tous les Égyptiens», a-t-il déclaré aux journalistes lors d'un point-presse.

«Mais nous n'appelons pas non plus les Égyptiens à partir combattre en Syrie», a-t-il assuré.

Les participants à la réunion ont en outre appelé les pays occidentaux, la Ligue arabe, les monarchies du Golfe et l'Organisation de la coopération islamique à adopter «une attitude ferme» contre le régime «criminel» et à «soutenir le peuple syrien en envoyant des armes».

Ils ont aussi demandé l'arrêt de toute coopération avec les pays soutenant le régime, comme la Chine, la Russie et l'Iran et le boycott des produits iraniens.

Ils ont dénoncé «les accusations de terrorisme contre certains groupes rebelles», en allusion au front jihadiste Al-Nosra lié au réseau Al-Qaïda.

Pour l'un des participants, Salah Sultan, un responsable au ministère égyptien des Biens musulmans, «tuer en Syrie se fait sur des bases confessionnelles contre les musulmans sunnites. C'est le régime syrien qui a initié ce confessionnalisme».




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer