Source ID:; App Source:

Embargo sur les armes en Syrie: Paris et Berlin espèrent un consensus européen

Fin avril, Berlin, très réservé sur le principe... (PHOTO NARCISO CONTRERAS, archives AFP)

Agrandir

Fin avril, Berlin, très réservé sur le principe de livraison d'armes à destination de l'opposition syrienne, s'était cependant dit prêt à envisager une levée de l'embargo si «il n'y a pas de risques que ces armes tombent dans de mauvaises mains», c'est à dire les groupes jihadistes combattant le régime de Bachar al-Assad.

PHOTO NARCISO CONTRERAS, archives AFP

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
Paris

La France, partisane d'une levée de l'embargo sur les armes à destination de l'opposition syrienne, et l'Allemagne, très réservée, espèrent «un compromis européen» sur la question lundi à Bruxelles, ont indiqué vendredi les chefs de la diplomatie des deux pays.

«La position de la France est que nous souhaitons qu'il puisse y avoir une solution la plus consensuelle possible et qui permette d'apporter à (l'opposition syrienne) les moyens de se défendre face aux attaques incessantes du régime» syrien, a déclaré Laurent Fabius à l'issue d'une rencontre avec son homologue allemand Guido Westerwelle à Paris.

«Nous devons bâtir un consensus européen» lundi à Bruxelles, lors du Conseil des ministres des Affaires étrangères des 27 qui va se pencher sur la question, a-t-il ajouté.

«J'ai beaucoup de respect pour la position de nos amis français. On va essayer de jeter un pont pour trouver une solution commune», a déclaré pour sa part M. Westerwelle.

«Le plus important est que l'on trouve une position commune dans l'Union européenne. Parce que le pire serait un signal de désaccord de l'Europe à la Syrie, ce serait un signal qui plairait certainement beaucoup au régime de Bachar al-Assad», a souligné le ministre allemand.

«La position allemande sur les livraisons d'armes a été présentée, argumentée, mais nous respectons parfaitement le fait que nos partenaires et amis défendent d'autres positions», a répété M. Westerwelle.

Fin avril, Berlin, très réservé sur le principe de livraison d'armes à destination de l'opposition syrienne, s'était cependant dit prêt à envisager une levée de l'embargo si «il n'y a pas de risques que ces armes tombent dans de mauvaises mains», c'est à dire les groupes jihadistes combattant le régime de Bachar al-Assad.

Les sanctions décidées par l'Union européenne (UE) contre la Syrie doivent être renouvelées fin mai. A cette occasion, la France et surtout la Grande-Bretagne font pression pour une levée de l'embargo sur les livraisons d'armes afin de pouvoir équiper les rebelles syriens.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer