Un jeune marchand ambulant de fruits et légumes, âgé de 32 ans, s'est donné la mort dimanche soir en s'immolant par le feu, à Béchar (550km au sud-ouest d'Alger), a appris lundi l'Associated Press de sources hospitalières locales.

ASSOCIATED PRESS

Ce marchand, qui a pour coutume de poser chaque matin sa table à l'entrée du marché de la ville, s'était vu intimer l'ordre par la police de délocaliser «son commerce» pour l'installer à l'intérieur même du marché de façon à ne pas occuper illégalement la voie publique.

Au lieu d'obtempérer, il a abandonné sa table sur place avant de revenir quelques instants après avec un bidon d'essence avec lequel il s'est aspergé avant de s'immoler sous les regards interloqués de la foule présente sur les lieux, ajoutent les mêmes sources.

Brûlée au troisième degré sur la totalité du corps, la victime, qui a reçu les premiers soins à l'hôpital de Méchéria (350km au nord de Béchar), a succombé à ses profondes blessures lors de son transfert dans un hôpital spécialisé à Oran.

La nouvelle de la mort de ce jeune homme s'est propagée comme une traînée de poudre dans la ville de Béchar, où des jeunes, en réaction, se sont attaqués au siège de la police, tenue pour responsable de l'incident.

Dans la foulée de «la révolution du jasmin» en Tunisie, déclenchée par l'immolation d'un jeune marchand de Sidi Bouzid, Mohamed Bouazizi, en décembre dernier, l'Algérie avait connu, elle aussi, une vague d'immolations ayant fait au moins une trentaine de victimes, selon les chiffres basés sur des informations rapportées dans la presse.