L'ancien président égyptien Hosni Moubarak a été transféré de la prison de Torah vers un hôpital militaire après avoir subi un accident vasculaire cérébral (AVC), a annoncé le porte-parole du ministère égyptien de l'Intérieur, mardi soir.

ASSOCIATED PRESS

Le porte-parole, Alaa Mahmoud, a déclaré qu'Hosni Moubarak, âgé de 84 ans, avait été transféré à l'hôpital militaire de Maadi, au sud du Caire. C'est dans cet hôpital que le prédécesseur de Moubarak, Anouar el-Sadate, a été déclaré mort après avoir été atteint par les balles d'extrémistes islamistes en 1981.

Plus tôt dans la journée, la télévision publique égyptienne avait annoncé qu'Hosni Moubarak était dans un état critique et avait été placé sous assistance respiratoire. L'agence de presse officielle MENA avait quant à elle déclaré que le coeur de l'ancien président s'était arrêté et qu'un défibrillateur avait été utilisé pour le ranimer.

L'agence a ensuite affirmé que les autorités de la prison avaient appelé ses médecins personnels pour s'occuper de lui compte tenu de la «détérioration rapide de son état de santé». Les médecins lui ont administré des médicaments pour dissoudre des caillots de sang, selon l'agence.

La décision de transférer Hosni Moubarak hors de la prison risque de provoquer la colère d'un grand nombre d'Égyptiens. De nombreux citoyens pensent en effet que les responsables militaires sympathiques à la cause de leur ancien patron lui accordent un traitement de faveur.

Des milliers d'Égyptiens étaient d'ailleurs réunis sur la place Tahrir du Caire mardi soir pour dénoncer la récente déclaration constitutionnelle des militaires, qui confère à l'armée des pouvoirs étendus et limite les prérogatives du futur président élu, dont le nom doit être annoncé jeudi.

Hosni Moubarak a été condamné à la prison à vie le 2 juin pour ne pas avoir empêché le meurtre de manifestants lors du soulèvement populaire contre son régime, l'an dernier. Il a été incarcéré à la prison de Torah après avoir passé des mois en détention dans un hôpital militaire.

Depuis son arrivée en prison, des responsables ont plusieurs fois rapporté la détérioration de son état de santé. Il a notamment souffert d'hypertension artérielle, de difficultés respiratoires et d'une profonde dépression, selon les autorités pénitentiaires.