La situation à Bahreïn est dans une «phase très dangereuse», a déclaré mercredi le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Cheikh Khaled bin Ahmad Al-Khalifa, à la chaîne de télévision turque NTV.

Publié le 23 mars 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Ce qui se passe à Bahreïn constitue une phase très dangereuse. Il y a la stabilité, mais nous redoutons par-dessus tout une division entre les communautés religieuses», a déclaré le ministre.

Le chef de la diplomatie de Bahreïn, qui s'exprimait en anglais et dont les propos étaient traduits en turc, effectue une visite en Turquie.

Il a ajouté que son pays et la Turquie se devaient d'adopter une position commune concernant les divisions entre communautés religieuses dans le monde musulman.

«Nous devons discuter avec nos alliés turcs pour rechercher une position commune à propos de ces divisions et de ces conflits entre communautés religieuses», a-t-il dit.

Bahreïn est en proie à une vive contestation conduite par la majorité chiite de la population du petit royaume, dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa.

Des soldats saoudiens et des policiers ont été envoyés en renfort dans le pays à la demande du gouvernement bahreïni.

«Dans la région tout entière, nous devons parvenir à une entente stratégique sur la conduite à tenir dans ce processus de transformation» politique en cours, a-t-il ajouté.

Bahreïn a annoncé cette semaine avoir déjoué un complot contre sa sécurité, laissant planer le doute sur une implication de l'Iran, pays avec lequel le gouvernement islamo-conservateur turc a considérablement resserré les liens, ces dernières années.