Source ID:362146; App Source:cedromItem

Trois étudiants arrêtés: quel lien avec les attentats de Boston?

Les trois amis de Dzhokhar Tsarnaev se seraient... (PHOTO AFP)

Agrandir

Les trois amis de Dzhokhar Tsarnaev se seraient débarrassés de son sac à dos, trois jours après l'attentat. Le sac contenait notamment des pièces pyrotechniques.

PHOTO AFP

Dossiers >

Attentats de Boston

International

Attentats de Boston

Le fil d'arrivée du 117e marathon de Boston s'est rapidement transformé, lundi après-midi, en une véritable scène d'horreur. Vers 14h50, deux bombes ont explosé à deux endroits différents rue Boylston. Trois personnes sont mortes, dont un garçon de 8 ans. Selon un bilan provisoire, au moins 170 personnes, coureurs et spectateurs, ont été blessées, dont certaines gravement. »

Qui sont les trois étudiants de l'Université du Massachusetts à Darmouth détenus par les autorités de Boston? Qu'est-ce qui les relie aux attentats du 15 avril dernier, qui ont fait trois morts et blessé 264 personnes? La réponse à ces questions est en partie représentée par trois articles: un ordinateur portable, un sac à dos contenant des pièces pyrotechniques et un pot de Vaseline. Et l'amitié qu'ils partagent avec Dzhokhar Tsarnaev, soupçonné d'être un terroriste.

Q Quel lien relie les trois individus arrêtés aux attentats terroristes du marathon de Boston?

R Tout comme le présumé terroriste Dzhokhar Tsarnaev, Azamat Tazhaïakov, Dias Kadyrbaïev et Robel Phillipos ont tous 19 ans et fréquentaient l'Université du Massachusetts à Darmouth. Ils étaient de bons amis. Tazhaïakov et Kadyrbaïev sont originaires du Kazakhstan et habitaient ensemble aux États-Unis, avec un visa pour étudiants. Phillipos est quant à lui un citoyen américain.

Q Quand ont-ils communiqué avec Dzhokhar Tsarnaev pour la dernière fois?

R Quelques heures avant qu'un policier du MIT soit tué par balle, possiblement par les frères Tamerlan et Dzhokhar Tsarnaev, le 18 avril. Dias Kadyrbaïev a envoyé un message sur le cellulaire de son ami Dzhokhar. Il lui a dit qu'il ressemblait drôlement à un suspect recherché par le FBI en lien avec l'attentat de Boston. Celui-ci lui répondit alors «lol», puis «va dans ma chambre prendre ce que tu veux».

Q Que leur reproche-t-on?

R Selon l'affidavit du Federal Bureau of Investigation (FBI), les trois jeunes étudiants se sont rendus à la résidence de Tsarnaev dans la nuit du 18 avril. En arrivant sur place, ils ont trouvé un sac à dos comprenant des pièces pyrotechniques. Kadyrbaïev aurait alors compris la possible implication de son ami Tsarnaev dans les attentats de Boston. Ensemble, les trois étudiants ont décidé de prendre le sac à dos, avec les pièces pyrotechniques et un pot de Vaseline, ainsi que l'ordinateur portable du présumé terroriste. Ils se sont ensuite rendus à la résidence de Tazhaïakov et Kadyrbaïev.

Q Qu'ont-ils fait du sac à dos et de l'ordinateur portable?

R D'un commun accord, les trois étudiants ont décidé de se débarrasser du sac à dos, qui contenait des pièces pyrotechniques et un pot de Vaseline, afin d'éviter des problèmes à leur ami Tsarnaev. Kadyrbaïev est allé à l'extérieur de l'édifice pour déposer le sac dans une poubelle. Les autorités l'ont retrouvé plus tard. On ne sait toujours pas ce qui est advenu de l'ordinateur portable.

Q Quelles accusations sont portées contre eux?

R Les deux étudiants kazakhs, Azamat Tazhaïakov et Dias Kadyrbaïev, sont accusés de complot pour faire entrave à la justice en dissimulant et détruisant des preuves. L'Américain Robel Phillipos est quant à lui accusé d'avoir fait de fausses déclarations à des enquêteurs fédéraux. Il a d'abord indiqué aux policiers qu'il n'était jamais allé à la résidence de Dzhokhar Tsarnaev, le 18 avril au soir, pour finalement tout avouer.

Q Risquent-ils la prison?

R Ils sont tous les trois présentement détenus dans une prison fédérale. Azamat Tazhaïakov et Dias Kadyrbaïev ont comparu devant le juge, mercredi après-midi. Ils resteront derrière les barreaux d'ici à la prochaine comparution, le 14 mai. Robel Phillipos va comparaître lundi. Il n'est toujours pas dit s'il demandera une libération sous caution. Les deux étudiants kazakhs pourraient être condamnés à un maximum de cinq ans de prison et à payer une amende de 250 000 $. L'étudiant américain pourrait être condamné à huit ans de prison ainsi qu'à payer une amende de 250 000 $.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer