Trois personnes au total ont été tuées au cours de l'assaut mercredi de la police à Saint-Denis dans la banlieue nord de Paris, parmi lesquelles une femme identifiée comme étant Hasna Aitboulahcen, a annoncé vendredi le parquet de Paris.

Mis à jour le 20 nov. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les autorités faisaient jusqu'à présent état d'au moins deux morts, dont l'inspirateur présumé des attentats de Paris Abdelhamid Abaaoud. Hasna Aitboulahcen, une Française d'origine marocaine, cousine de l'organisateur présumé des attentats de Paris Abdelhamid Abaaoud, a été «formellement» identifiée parmi les trois personnes tuées mercredi à Saint-Denis (banlieue nord de Paris) par la police, selon la justice française.

Un seul corps reste à identifier, Abaaoud ayant été formellement déclaré mort jeudi dans l'assaut de la police la veille. Hasna Aitboulahcen, 26 ans, jugée un peu excentrique selon ses proches, s'était radicalisée et entretenait des liens distendus avec sa famille.

La mort du djihadiste belgo-marocain dans l'appartement avait été confirmée jeudi.

«Des fragments de corps appartenant selon toute vraisemblance» à un autre homme ont été retrouvés et son identification est en cours, a ajouté une source judiciaire.

Les enquêteurs sont toujours à la recherche de Salah Abdeslam, l'un des auteurs présumés des attentats de vendredi à Paris qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés dans le centre de Paris et au stade de France à Saint-Denis.

Ils sont convaincus que son frère, Brahim, était dans le commando qui a attaqué plusieurs terrasses de cafés ou restaurants, avant de se faire exploser boulevard Voltaire, avant un autre assaut contre la salle de concert du Bataclan.

Des perquisitions avaient eu lieu jeudi à Aulnay-sous-Bois (région parisienne) dans l'appartement de la mère d'Hasna Aitboulahcen, 26 ans, qui pourrait avoir actionné un gilet explosif dans l'appartement de Saint-Denis.

PHOTO ARCHIVES BFMTV/DH

Hasna Aitboulahcen