La vidéo d'une étudiante suédoise est devenue virale, plus tôt cette semaine, alors que la jeune femme de 21 ans refusait de s'asseoir dans un avion pour protester contre l'expulsion d'un réfugié vers l'Afghanistan, présent sur le même vol qu'elle.

Sandrine Vieira LA PRESSE

Elin Ersson s'est filmée et elle a diffusé en direct ses actions. « Je suis dans l'avion, et il y a une personne qui va se faire expulser vers l'Afghanistan. Les gens qui travaillent ici tentent de me prendre mon téléphone juste parce que quelqu'un va se faire expulser vers l'Afghanistan, où il y a la guerre et où il va se faire tuer », raconte la militante suédoise en se filmant. 

La jeune femme n'a pas flanché malgré les manifestations de mécontentement des autres passagers. « Tant qu'au moins une personne reste debout, le pilote ne peut pas décoller. Tout ce que je veux, c'est arrêter l'expulsion. Ensuite, je me plierai à leurs règles. Tout cela est totalement légal, et je n'ai pas commis de crime », affirme-t-elle. 

Des passagers à bord, embêtés par le retard causé par la jeune femme, n'hésitaient pas à lui faire part de leur colère. L'un d'eux a également tenté de s'emparer de son téléphone. « Je ne veux pas que la vie d'un homme soit gâchée simplement parce que vous ne voulez pas rater votre vol », disait-elle en continuant de filmer. 

OPÉRATION RÉUSSIE 

Après un moment, d'autres passagers se sont joints à elle. Au bord des larmes, elle a témoigné qu'un homme d'origine turque ainsi qu'une équipe de football l'applaudissaient et refusaient de s'asseoir eux aussi. 

C'est après de longues minutes qu'un membre de l'équipage est venu lui annoncer la nouvelle : « Nous allons ouvrir les portes pour vous faire descendre. Ce passager ne voyagera pas. » 

Elle est restée debout jusqu'à ce que l'homme soit sorti de l'avion, toujours au sol du tarmac de l'aéroport de Göteborg, en Suède. Après s'en être assurée, elle a quitté l'appareil à son tour. 

Par ce geste, Elin Ersson s'opposait au durcissement de la politique migratoire de la Suède. Pour finir, sa démarche a porté ses fruits - du moins temporairement - puisque le réfugié afghan n'a pas été expulsé ce jour-là. 

Au moment d'écrire ces lignes, la vidéo avait été visionnée plus de quatre millions de fois et avait reçu des félicitations de gens à travers le monde.