Les États membres de l'UE ont adopté jeudi formellement leur position commune sur la création d'un nouveau corps européen de gardes-frontières, qui devra garantir le contrôle des frontières extérieures de l'Union ébranlées par l'afflux migratoire.

Mis à jour le 21 avr. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les ministres de l'Intérieur de l'UE, réunis à Luxembourg, ont mandaté la présidence du Conseil de l'UE, assurée actuellement par les Pays-Bas, pour lancer des négociations avec le Parlement européen.

«Si nous gardons ce rythme, je suis confiant dans la possibilité de finaliser le processus législatif d'ici juin», a déclaré le commissaire européen aux Migrations, Dimitris Avramopoulos, lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion.

La Commission européenne, à l'origine du projet, souhaite que cette nouvelle agence, bâtie sur les bases de l'agence européenne Frontex, puisse être opérationnelle d'ici la fin de l'été.

L'exécutif européen a voulu rassurer certains États membres inquiets, en assurant que la nouvelle agence n'empièterait pas sur leur souveraineté nationale. Elle «interviendra toujours avec l'approbation de l'État membre» concerné, a assuré M. Avramopoulos.

Le texte adopté par les États membres a modifié des passages de la proposition initiale. Il prévoit désormais qu'une décision finale d'intervention des gardes-frontières européens relèverait du Conseil de l'UE, qui réunit les États membres, et non plus de la Commission, selon une source européenne.

La nouvelle agence aura des prérogatives étendues par rapport à Frontex. Les États membres devront mettre à sa disposition au moins 1500 gardes-frontières mobilisables en quelques jours. Et la Commission a évoqué des effectifs permanents de 1000 personnes à l'horizon 2020.

L'enjeu est d'éviter qu'un chaos aux frontières extérieures ne provoque la fin de la libre circulation dans l'espace Schengen, un des piliers de l'UE, mis à mal ces derniers mois par les rétablissements successifs de contrôles à certaines frontières intérieures.

La gestion des frontières extérieures de l'UE deviendrait ainsi une responsabilité partagée des États membres, et non plus un fardeau pesant sur les États les plus exposés, comme l'Italie et la Grèce.

«Si on veut garantir la libre circulation dans l'UE, nous devons avoir le courage et la force de mieux défendre les frontières extérieures», a plaidé le ministre italien de l'Intérieur, Angelino Alfano.