Yannick Miel, chômeur français de 23 ans, en avait assez d'envoyer des curriculum vitae sans succès. Il a donc décidé de passer aux grands moyens pour se trouver un emploi après cinq mois de vaines recherches.

Mis à jour le 28 févr. 2009
Marc Thibodeau LA PRESSE

En début de semaine, l'entreprenant jeune homme, qui compte quelques courtes expériences de gestion à son actif, fait paraître une annonce sur eBay dans laquelle il propose un «jeune diplômé en solde».

 

L'initiative, évidemment symbolique, est rapidement interrompue par les gestionnaires du site, réservé à la mise aux enchères d'objets. Pas avant, cependant, qu'elle ne trouve écho dans plusieurs médias français.

Profitant de cet engouement, M. Miel fait savoir qu'il se rendra mercredi sur le parvis de la Défense, dans le secteur des affaires de Paris, pour aller à la rencontre d'employeurs potentiels. Profitant là encore de la présence des journalistes, il distribue à la ronde des exemplaires de son CV, proposant aux passants d'embaucher un jeune diplômé «peu coûteux et facile d'entretien».

Contre toute attente, une offre d'emploi lui vient du gouvernement en la personne du haut-commissaire à la Jeunesse, Martin Hirsch, qui se rend sur place pour le rencontrer après avoir entendu une entrevue à la radio.

Hier, le cabinet de M. Hirsch a expliqué à La Presse que M. Miel avait finalement accepté un contrat à durée déterminée de quatre mois, assorti d'un salaire mensuel de plus de 2000$. Il débute dans ses nouvelles fonctions lundi.

L'un de ses rôles, a expliqué une porte-parole, sera d'explorer la question de l'intégration des jeunes diplômés sur le marché du travail.

«M. Hirsch a trouvé que l'initiative de Yannick était intéressante. Elle l'a touché. Il sait qu'il faut parfois choquer pour faire prendre conscience à l'opinion publique de certains choses», a-t-elle précisé.

»Joli coup de 'com»

L'intervention du haut-commissaire lui vaut les critiques de Marianne, qui décrit l'embauche de Yannick Miel comme un «joli coup de 'com».

«Le message est clair: clodos, chômeurs, sans-papiers, tous sur eBay! Martin Hirsch est prêt à enchérir», ironise la revue, qui assimile la démarche du jeune diplômé à une forme «d'auto-esclavagisme».

Loin de partager cette analyse, plusieurs jeunes chômeurs ont rapidement placé leur propre annonce sur le site de vente, qui les a aussi retirées hier.

Kamal, un jeune diplômé en finances qui avait décidé de tenter le coup, s'est dit déçu de la décision. «On trouve tout et n'importe quoi sur ce site. Pourquoi pas des diplômés?» a-t-il souligné hier en entrevue.

L'homme de 23 ans, qui a terminé sa formation en juin, affirme qu'il n'aurait pas pu arriver à un plus mauvais moment sur le marché du travail. Il songe à tenter sa chance ailleurs en Europe, voire au Canada.

Jeunes chômeurs

L'initiative de Yannick Miel a aussi inspiré d'autres chômeurs qui ont lancé, brièvement, un groupe sur Facebook inspiré de sa démarche. Certains membres ont évoqué la possibilité de se présenter à leur tour la semaine prochaine sur le parvis de la Défense avec leur curriculum vitae.

«Je n'ai rien eu depuis un an. Pas une pige, rien... Le marché du travail français est vraiment dans un état inquiétant», explique Corinne, une journaliste sans emploi qui s'était jointe au groupe.

C'est particulièrement vrai en ce qui concerne les jeunes à en juger par de nouvelles statistiques qui font état d'une augmentation marquée du nombre de chômeurs à l'échelle du pays. Le nombre de personnes de moins de 25 ans en recherche d'emploi a bondi de 23% en un an, plus que tout autre groupe d'âge.

Rien d'étonnant, donc, à ce que les stratagèmes les plus étonnants soient rapidement imités, souligne Kamal, qui se préoccupe peu de savoir si le recours à eBay est déshonorant.

«Quand on est au fond du trou et qu'on voit une perche, on s'accroche», soupire-t-il.