(Miami) Un ressortissant haïtien soupçonné d’être impliqué dans l’assassinat du président Jovenel Moise en juillet a été écroué mercredi à Miami après son extradition de la République dominicaine, a indiqué à l’AFP une source du ministère de la Justice américain.   

Publié le 19 janvier
Agence France-Presse

Rodolphe Jaar sera la deuxième personne à être jugée aux États-Unis pour la mort de Jovenel Moïse, après le militaire colombien à la retraite Mario Palacios, qui a été inculpé le 4 janvier à Miami pour son implication présumée dans l’assassinat.

Après la fuite de Rodolphe Jaar d’Haïti, la police dominicaine l’a arrêté le 7 janvier, six mois seulement après qu’un commando a fait irruption dans la résidence privée du président haïtien à Port-au-Prince et l’a abattu.   

Il comparaîtra pour la première fois devant un juge jeudi à 13 h 30 dans un tribunal de Miami, a précisé la source du département de la Justice.   

Selon le journal Miami Herald, le suspect est un homme d’affaires haïtien qui a purgé une peine pour trafic de cocaïne aux États-Unis il y a dix ans.

Vendredi dernier, les autorités jamaïcaines ont arrêté l’ancien sénateur haïtien John Joel Joseph, qui était recherché par la police haïtienne dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du président Moïse.

Plus de 40 personnes, dont 15 Colombiens et Américains d’origine haïtienne, ont été arrêtées dans le cadre de cette enquête.  De nombreuses questions subsistent cependant sur les mobiles de ce meurtre, qui a plongé Haïti, pays miné par la pauvreté, l’insécurité et la corruption, dans une incertitude encore plus grande.