(La Havane) Cuba compte démarrer en juin sa campagne de vaccination contre le coronavirus avec l’un de ses vaccins maison et avoir immunisé d’ici août la moitié de ses habitants, ont annoncé mardi les autorités.

Agence France-Presse

Le pays compte deux candidats-vaccins, Soberana 2 et Abdala, en phase 3, la dernière avant approbation.

Si l’un ou l’autre parvient à l’autorisation finale, il serait le premier vaccin contre la COVID-19 conçu et produit en Amérique latine.

« Le moment de lancement de la vaccination que nous envisageons » est « le mois de juin », a déclaré à la télévision Iliana Morales Suarez, directrice du département Science et Innovation du ministère de la Santé.

Avant cela, le pays prévoit d’avoir « un peu plus de deux millions » de personnes vaccinées d’ici mai, en combinant les essais cliniques en phase 3 et des études d’intervention à plus grande échelle auprès des personnels soignants.

Le 4 mars, Soberana 2 est entré en phase 3, qui implique 44 000 volontaires, et lundi 150 000 travailleurs de la santé ont commencé à être vaccinés dans le cadre d’une étude d’intervention. Les deux tests sont menés à La Havane.

Une autre étude d’intervention va aussi être lancée dans la capitale, auprès de 1,7 million de volontaires. La Havane, qui compte 2,1 millions d’habitants, est la plus touchée par la pandémie.

Lundi, Abdala a, lui, démarré sa phase 3 dans les provinces de Santiago de Cuba, Granma et Guantanamo, dans l’est du pays, avec 48 000 volontaires. Une étude d’intervention sera ensuite menée dans la même région, auprès de 120 000 travailleurs de la santé.

Après le début de la campagne de vaccination, les autorités prévoient d’avoir vacciné d’ici août plus de la moitié des 11,2 millions de Cubains.

« Début août, nous devrions avoir terminé de vacciner six millions de personnes », a assuré Mme Morales.

Sous embargo américain depuis 1962, Cuba a commencé à développer ses propres vaccins dans les années 1980 et aujourd’hui près de 80 % des vaccins de son programme d’immunisation sont produits localement.

Le pays travaille sur quatre candidats-vaccins : Mambisa (en phase 1), Soberana 1 (en phase 2), Soberana 2, Abdala (en phase 3) ainsi qu’un cinquième, Soberana +, reformulation du Soberana 1 à destination des personnes convalescentes de la maladie.

Ces projets utilisent une protéine recombinante, technique également utilisée par l’entreprise américaine de biotechnologie Novavax.

Le pays reste relativement peu touché par la maladie, avec 68 250 cas, dont 401 décès.