(Caracas) Au moins 20 migrants vénézuéliens, dont trois enfants, sont morts dans le naufrage de leur embarcation entre les côtes du Venezuela et Trinidad-et-Tobago, selon un dernier bilan du parquet national lundi qui a ordonné l’arrestation du propriétaire du bateau.

Agence France-Presse

Le ministère public a ordonné l’arrestation de « l’homme qui serait le propriétaire du navire “Mis Recuerdos” qui a coulé, faisant au moins 20 morts (samedi) au large des côtes de Güiria », une ville côtière isolée de l’État de Sucre (nord-est du Venezuela), a écrit le procureur général Tarek William Saab sur Twitter.

Le bureau du procureur, qui enquête sur la « traite et le trafic d’êtres humains » dans la région, a ordonné au total l’arrestation de six suspects.

Dans un précédent bilan, le gouvernement vénézuélien avait annoncé dimanche avoir retrouvé les corps de 14 victimes. Onze premiers corps ont été repêchés samedi après-midi lors d’une mission de routine d’un patrouilleur des garde-côte. Puis dimanche trois corps ont été retrouvés sur la plage.

Les bateaux chargés de Vénézuéliens cherchant à migrer vers Trinidad pour échapper à la crise profonde de leur pays partent normalement de Güiria. Une centaine de personnes ont disparu au cours de ce dangereux voyage entre 2018 et 2019.

L’opposition vénézuélienne a dénoncé l’existence de mafias qui opèrent entre le Venezuela et Trinidad-et-Tobago, avec des passeurs qui obtiennent le soutien d’autorités corrompues.

Le 28 novembre, les autorités de Trinidad ont expulsé 160 Vénézuéliens, accusés d’être entrés « illégalement » dans le pays par cette voie maritime.

Selon l’ONU, plus de cinq millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 2015, contraints par la grave crise politique et économique que traverse le pays. 25 000 d’entre ont fui vers Trinidad-et-Tobago, pays insulaire d’1,3 million d’habitants.