Dix-sept hommes suspectés d'avoir violé une fillette de 11 ans durant des semaines ont été arrêtés dans le sud de l'Inde, a annoncé mardi la police locale, nouveau cas retentissant de violences sexuelles dans le pays.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La mineure, qui souffre de troubles de l'audition, aurait été agressée sexuellement dans un complexe résidentiel en grande partie désert de Chennai, capitale de l'État du Tamil Nadu (sud).

Parmi les interpellés figurent des gardes de sécurité de cet ensemble de 300 appartements, un plombier et un steward d'ascenseur, a rapporté la police de la région.

D'après les enquêteurs, le groom d'ascenseur de 66 ans a été le premier à s'en prendre à la fille alors qu'elle revenait de l'école et faisait du vélo autour du bâtiment.

Il aurait ensuite invité d'autres hommes à le suivre, qui se sont filmés violant l'enfant. Les tortionnaires présumés auraient administré des drogues et sédatifs à la victime.

«Nous n'en sommes qu'au début de l'enquête et nous devons encore approfondir pour connaître les détails», a déclaré à l'AFP un responsable policier de Chennai.

Selon la presse locale, les suspects auraient emmené la mineure dans différents endroits du complexe, comme le sous-sol, la terrasse, la salle de sports et des toilettes publiques, pour la violer.

La fille a fini par se confier à sa famille, qui a saisi la police.

Quelque 19 000 viols de mineurs ont été signalés en Inde en 2016, selon des statistiques du gouvernement. Les experts estiment toutefois que ce chiffre ne représente que la partie émergée de l'iceberg, en raison de la culture du silence qui prévaut dans cette société très patriarcale.

Le géant d'Asie du Sud a été secoué en début d'année par le viol et le meurtre d'une fillette musulmane de huit ans par des villageois hindous dans le nord du pays.

Cet événement a provoqué un vif débat de société en Inde et poussé le gouvernement à introduire la peine de mort pour les viols d'enfants de moins de 12 ans.