Source ID:; App Source:

Les talibans pakistanais mettent fin à leur cessez-le-feu

Si le commandement central du TTP appuie le... (PHOTO FAROOQ NAEEM, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Si le commandement central du TTP appuie le dialogue de paix avec le gouvernement pakistanais, certaines factions islamistes armées s'y opposent. Ci-dessus, deux membres du comité de négociation du TTP, les mollahs Sami ul Haq (au centre) et Yousaf Shah (à gauche), à islamabad, le 22 mars.

PHOTO FAROOQ NAEEM, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
MIRANSHAH, Pakistan

Les talibans pakistanais ont mis fin mercredi à leur cessez-le-feu sans toutefois abandonner le dialogue de paix avec le gouvernement d'Islamabad, ont-ils annoncé après une réunion de leur conseil central.

Les rebelles du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), une coalition de groupes islamistes armés, avaient annoncé le premier mars dernier un cessez-le-feu afin de donner une impulsion au processus de paix et de mettre un terme aux frappes de l'aviation pakistanaise dans leurs fiefs du nord du pays.

La «choura» - ou conseil central - du TTP se réunissait depuis l'expiration de leur cessez-le-feu le 10 avril dernier afin de décider s'ils reconduisaient ou non la trêve avec les forces pakistanaises.

«Six jours ont passé depuis l'expiration du cessez-le-feu, mais pendant cette période le gouvernement est resté silencieux au sujet des pourparlers... Par conséquent, le conseil central du TTP a décidé à l'unanimité de ne pas reconduire le cessez-le-feu», ont déclaré les insurgés dans un communiqué.

«Toutefois, les pourparlers vont se poursuivre de façon sincère et avec sérieux. Chaque fois qu'il y aura des avancées de la part du gouvernement, le TTP n'hésitera pas à répondre avec des engagements importants de son côté», ont ajouté les rebelles islamistes.

Si le commandement central du TTP appuie, du moins pour l'instant, le dialogue de paix avec le gouvernement d'Islamabad, certaines factions islamistes armées s'y opposent.

Un groupe hostile aux pourparlers, le Ahrar ul-Hind, a ainsi revendiqué un double attentat-suicide début mars, juste après l'annonce d'un cessez-le-feu, contre un tribunal d'Islamabad ayant fait 11 morts.

Aussi, des affrontements au sein même du TTP entre partisans de commandants favorables d'un côté à la ligne dure et de l'autre au dialogue avec le gouvernement ont fait plus de 56 morts au cours de la dernière semaine dans les zones tribales du nord-ouest, bastion des islamistes à la lisière de l'Afghanistan, selon des sources sécuritaires et au sein de la rébellion.

Le processus de paix laisse perplexes de nombreux commentateurs, sceptiques à l'idée d'un accord entre le pouvoir et le TTP du mollah Fazlullah, un commandant taliban qui avait fait régner la terreur dans la vallée de Swat (nord-ouest du Pakistan) de 2007 jusqu'à une opération militaire des forces gouvernementales en 2009.

Depuis la création en 2007 du TTP, groupe favorable à l'instauration de sa version rigoriste de la loi islamique et qui accuse le pouvoir pakistanais de soutenir la guerre américaine «contre la terreur», plus de 6800 personnes ont été tuées dans des attentats au Pakistan, selon un décompte de l'AFP.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer