La Corée du Nord procède à de nouveaux tirs de missiles en mer

Depuis fin février, Pyongyang a procédé au tir... (PHOTO NG HAN GUAN, ARCHIVES AP)

Agrandir

Depuis fin février, Pyongyang a procédé au tir de 70 missiles, dont 30 pour la seule journée de samedi.

PHOTO NG HAN GUAN, ARCHIVES AP

Agence France-Presse
SÉOUL

La Corée du Nord a procédé dimanche à de nouveaux tirs de missiles à courte portée vers la mer, les derniers d'une série coïncidant avec des exercices conjoints des armées américaines et sud-coréennes, a annoncé le ministère sud-coréen de la Défense.

La Corée du Nord a tiré 16 missiles entre 1 h (12 h samedi à Montréal) et 2 h 30 depuis sa côte orientale, a précisé à l'AFP un porte-parole du ministère.

«Ce sont des missiles d'une portée de 60 kilomètres», a-t-il dit, précisant qu'il s'agissait de versions anciennes des missiles de fabrication russe Frog.

Depuis fin février, Pyongyang a procédé au tir de 70 missiles, dont 30 pour la seule journée de samedi.

Ces tirs ne devraient cependant pas provoquer une brusque montée des tensions sur la péninsule coréenne, les experts estimant que ces gestes visent surtout à souligner l'exaspération de Pyongyang envers les manoeuvres militaires conjointes des États-Unis et de la Corée du Sud.

Ces manoeuvres, annuelles, ont débuté le 25 février et se poursuivent jusqu'en avril.

Pyongyang critique régulièrement les exercices navals conjoints américano-sud-coréens à sa frontière sud comme des répétitions en vue d'une invasion de son territoire.

Séoul et Washington affirment que ces exercices sont purement défensifs et le Département d'État américain a demandé à Pyongyang de s'abstenir d'«actions provocatrices qui aggravent les tensions».

Ces tirs interviennent avant une réunion la semaine prochaine entre la présidente de Corée du Sud, le premier ministre japonais et le président des États-Unis, en marge d'une conférence internationale sur le nucléaire aux Pays-Bas.

Selon le ministère sud-coréen des Affaires étrangères, le programme nucléaire nord-coréen et le problème de la non-prolifération nucléaire y seront évoqués.

Après des mois de fortes tensions à l'hiver 2012 et au printemps 2013, les relations entre Séoul et Pyongyang sont entrées dans une phase de calme relatif, qui s'est traduit le mois dernier par la réunion de familles séparées par la guerre de Corée (1950-1953), les premières depuis trois ans.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer