Les autorités pakistanaises ont suspendu vendredi les services de téléphonie mobile dans les grandes villes du pays dans l'espoir d'empêcher des attentats à la bombe lors de célébrations entourant le mois saint de Mouharram.

Publié le 23 nov. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les portables sont bloqués dans la métropole économique Karachi (sud) et à Quetta, capitale de la province instable du Baloutchistan (ouest) entre 13H00 et minuit, a indiqué à l'AFP un responsable de Mobilink, plus grand groupe de téléphonie mobile du pays.

Le ministre de l'Intérieur Rehman Malik avait plus tôt annoncé une suspension des services afin «d'assurer la sécurité pendant et après les processions» de Mouharram, premier mois du calendrier musulman. Les téléphones portables permettent notamment de déclencher à distance des bombes.

Un attentat suicide lors d'une procession de la minorité musulmane chiite, et revendiqué par les talibans pakistanais, avait fait 23 morts mercredi soir à Rawalpindi, ville jumelle de la capitale Islamabad. Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier depuis juin dans le pays.

Des attentats avaient aussi eu lieu le même jour dans d'autres villes du pays dont Quetta et Karachi. En décembre 2009, un attentat suicide avait fait 43 morts à Karachi lors du deuil de l'Achoura, le plus important jour du calendrier chiite, célébré ce dimanche au Pakistan.

Les organisations de défense des droits de l'Homme accusent le gouvernement pakistanais de ne pas protéger suffisamment la minorité chiite qui représente moins de 20% de la population du Pakistan, pays musulman de 180 millions d'habitants.

Depuis le début de l'année, plus de 300 chiites sont morts dans des attentats au Pakistan.