Près de 50 000 personnes ont dû être évacuées en raison des inondations provoquées par les pluies torrentielles qui se sont abattues sur les Philippines lors du passage de la tempête tropicale Meari, a annoncé vendredi la sécurité civile.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans la capitale Manille, plus de 3200 personnes ont quitté leur maison dans la nuit alors que de nombreuses rues sont inondées.

Les rapides évacuations dans la capitale ont permis d'éviter tout décès, selon Benito Ramos, directeur général du conseil de gestion des catastrophes.

«Nous avons eu raison de prépositionner des bateaux pneumatiques. Heureusement, les gens ont bien réagi. Quand nous avons lancé l'ordre d'évacuation, ils ont évacué, sans poser de questions», a-t-il ajouté.

En revanche, 11 personnes, dont 10 pêcheurs, sont toujours portées disparues dans la péninsule de Bicol, au sud-est de Manille.

Les pluies de mousson qui tombent depuis le début de la semaine, se sont accentuées jeudi, forçant les habitants à fuir face au risque d'inondations et de glissements de terrain.

Plus de 42 000 personnes évacuées sont hébergées dans des centres d'accueil dans la péninsule de Bicol.

La plupart des écoles étaient fermées vendredi à Manille et dans la région.

Alors que la tempête a commencé à s'éloigner vers le nord-ouest en direction de Taïwan accompagnée de vents soufflant en rafale jusqu'à 100 km/h, des pluies diluviennes sont attendues sur la grande île de Luzon, où se situe Manille.

Les Philippines, vaste archipel de l'océan Pacifique, sont frappées chaque année par une vingtaine de typhons, dont certains meurtriers.

La tempête tropicale Ketsana et le typhon Parma, en septembre et octobre 2009, avaient provoqué de graves inondations. Plus de 1000 personnes avaient été tuées et 10 millions affectées.