Ravagé par une maladie végétale, l'opium afghan a connu une forte chute de sa production l'an dernier, mais la Birmanie a vu en parallèle un essor inquiétant de ses propres récoltes, a averti jeudi l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Pérou et la Colombie sont les premiers producteurs de feuilles de coca du monde, a indiqué Thomas Pietschmann, l'auteur principal du rapport de l'ONUDC. Les deux pays ont actuellement environ chacun quelque 62 000 hectares de plantations de coca cultivées.

L'Afghanistan est le premier producteur d'opium du monde, mais en 2010, près des deux tiers de ses surfaces cultivées en pavot ont été frappés par une maladie, entraînant une chute de la production mondiale d'opium de 38%, indique le rapport 2010 de l'ONUDC.

Toutefois, selon le directeur exécutif de l'agence, Iouri Fedotov, «la production d'opium en Afghanistan devrait repartir à la hausse en 2011».

Le rapport ajoute que la Birmanie est redevenue de son côté un producteur majeur d'héroïne, sa production ayant augmenté de 20% en 2010. Avec le déclin momentané de l'opium afghan, la production birmane a ainsi représenté l'an dernier 12% de la production mondiale, contre 5% en 2007.

Le marché mondial de l'opium est à présent évalué à plus de 68 milliards de dollars par an.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a souligné que le rapport présentait «une image sombre de la menace posée par les drogues illégales», avec 200 000 personnes qui meurent chaque année du fait de l'usage de stupéfiants qui demeurent l'une des principales sources de financement du terrorisme.

En Afghanistan, un gramme d'héroïne coûte moins de quatre dollars, mais l'ONUDC estime que les consommateurs d'Europe centrale et de l'Ouest paient entre 40 et 100 dollars le gramme, tandis que les prix montent entre 170 et 200 dollars en Europe du Nord et aux États-Unis.

Malgré tout, les paysans afghans n'ont touché en 2010 que 440 millions de dollars pour leur production d'opium.

En ce qui concerne la production mondiale de cocaïne, elle a chuté de façon significative en 2010 en raison d'une croissance faible de la feuille de coca en Colombie, mais la consommation en Europe a continué sa progression et commencé à rattraper celle des États-Unis.

L'Europe, second marché mondial de la cocaïne après les États-Unis, a vu sa consommation doubler lors de la décennie écoulée. Les prix de la cocaïne ont chuté ces dernières années, mais le marché américain reste estimé à 37 milliards de dollars et le marché européen à 33 milliards.

L'utilisation des drogues dites «de synthèse», telles que la méthamphétamine, a par ailleurs atteint un pic l'an dernier et l'ONUDC se dit particulièrement inquiète de l'envolée de la production de ces produits, considérés comme à la mode. La Birmanie est dans ce domaine aussi l'un des premiers fournisseurs d'amphétamines en Asie du Sud-Est.

Le rapport de l'ONUDC constate que le cannabis reste de loin la première substance illicite produite et consommée du monde. L'Afghanistan est là encore le plus gros fournisseur de résine de cannabis, suivi par le Maroc, qui alimente essentiellement l'Europe.

L'agence rappelle enfin que quelque 200 000 personnes décèdent chaque année suite à l'usage de drogue, dont plus de la moitié par surdose.