Le président russe a rencontré jeudi son homologue chinois Hu Jintao pour notamment évoquer leur coopération économique, à la veille du Forum économique de Saint-Pétersbourg, où les deux pays pourraient signer un méga-contrat pour la livraison de gaz russe à la Chine.

AGENCE FRANCE-PRESSE

A cette occasion, plusieurs contrats ont été conclus, en particulier un accord de coopération de cinq milliards de dollars entre la société russe En+ du milliardaire Oleg Deripaska et la banque chinoise d'import-export Eximbank pour financer des projets énergétiques en Sibérie orientale.

Concernant l'accord le plus attendu, la signature d'un méga-contrat entre les géants russe Gazprom et chinois CNPC pour la livraison de gaz russe à la Chine sur les trente prochaines années, le vice-premier ministre russe Igor Setchine a indiqué que les négociations se poursuivaient.

«Ces derniers jours, nous avons avancé de manière significative dans les négociations sur le gaz», a-t-il déclaré aux journalistes.

Il a ajouté à l'AFP que les négociations se poursuivaient, mais qu'il s'agissait d'un contrat à long terme et que les deux parties devaient être patientes.

«Nous sommes très sérieux concernant cette coopération. Laissez-nous travailler un peu avec eux», a-t-il déclaré.

Vendredi, les présidents russe et chinois prononceront leurs discours devant les participants du Forum économique de Saint-Pétersbourg, qui se veut une grand-messe des affaires, à l'instar du Forum économique mondial de Davos.

Moscou et Pékin se sont récemment fixé comme objectif de signer leur accord gazier, en négociations depuis 2009, lors du Forum. Mais l'accord bute sur la question du prix du gaz vendu.

Mardi, le quotidien Kommersant soulignait que la Chine, qui s'est assurée ces dernières années plusieurs sources d'approvisionnement en Asie centrale, au Moyen-Orient ou encore en Afrique, était en position de dicter ses conditions à la Russie et ne capitulerait pas sur la question du prix.