L'Australie, dont les secteurs miniers et agricoles ont subi de sérieux dégâts lors des inondations de début 2011, a vu ses plantations de canne à sucre et de bananes balayées par le cyclone Yasi, avec des pertes estimées à plusieurs centaines millions de dollars australiens.

Amy COOPES AGENCE FRANCE-PRESSE

Yasi, cyclone d'intensité maximale qui a frappé une portion de la côte nord-est de l'Australie dans la nuit de mercredi à jeudi, pourrait avoir causé 800 millions de dollars australiens (environ 800 millions$CAN) de dégâts, selon les analystes.

La région la plus touchée par la tempête, dans le Queensland, est au coeur des plantations de canne à sucre et de bananes du pays.

Le Queensland avait déjà été l'État le plus touché par les inondations gigantesques de fin 2010/début 2011, qui avaient détruit pour 600 millions $CAN de récoltes et réduit les exportations australiennes de charbon de 2,5 milliards $CAN.

«En frappant le nord de l'État, (le cyclone Yasi) est la cerise sur le gâteau, après les inondations qui ont touché le sud et dont l'État tente de se relever», a déclaré le chef de la Fédération des fermiers du Queensland, Dan Galligan.

Quelque 20% des plantations de canne à sucre ont été déchiquetés, représentant un manque à gagner de 500 millions $CAN.

Cette catastrophe, cinq ans après le cyclone Larry qui avait causé de très importants dégâts, pourrait décourager les agriculteurs, a estimé Steve Greenwood, le dirigeant de la fédération du secteur, Canegrowers.

L'Australie occupe le troisième rang mondial des exportations de sucre: 85% de sa production part vers l'Asie, dont notamment le Japon, la Chine et la Corée du Sud, rapportant 2 milliards AUSD par an.

Le cyclone a d'ailleurs propulsé les prix du sucre à de nouveaux sommets cette fin de semaine, les faisant grimper à leur plus haut niveau depuis trente ans à New York et à un niveau record depuis le début de la cotation de cette matière première à Londres, en 1987.

«Dans une certaine mesure, les prix élevés compenseront les pertes de production» pour les exploitants qui n'ont pas perdu toutes leur production, «mais les exportations subiront quand même un manque à gagner de 500 millions AUSD», a noté Luke Mathews, analyste à la Commonwealth Bank.

Quant à la banane, elle a été encore plus touchée que la canne à sucre, avec 85% de la production australienne détruite, selon la fédération des fermiers.

«Ils sont en train d'additionner les chiffres mais on peut déjà dire que la surface détruite est presqu'aussi vaste que celle dévastée par le cyclone Larry et cela avait coûté quelque 300 millions AUSD», a déclaré à l'AFP Dan Galligan.

Les hausses des prix provoquées par les dégâts de Larry avaient à l'époque ajouté un demi-point au taux d'inflation du pays.

Le coût pour le budget fédéral des seules inondations d'il y a un mois a été estimé par le gouvernement australien à 5,6 milliards AUSD.

Pour faire face à ces dépenses, Canberra va introduire une taxe exceptionnelle de 0,5% sur les revenus des personnes qui dépasseront 50 000 $ CAN sur l'année fiscale 2011/12, a annoncé le Premier ministre Julia Gillard fin janvier.

Les coûts supplémentaires dus au cyclone seront pris en charge via de nouvelles coupes dans différents postes budgétaires, a prévenu Julia Gillard.