La première ministre australienne Julia Gillard est allée réconforter vendredi les victimes des graves inondations dans le nord-est du pays qui ont déjà fait des milliers de sinistrés et contraignent les autorités à ordonner des évacuations de force.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Sur une surface aussi vaste que celle de la France et de l'Allemagne réunies, des dizaines de villes et de villages de l'État du Queensland sont envahis par les eaux et coupés du reste du pays.

«Face à ces inondations dévastatrices, je constate que le gouvernement et le personnel d'urgence apportent toute l'aide possible», a déclaré à la presse Mme Gillard, en déplacement à Bundaberg, l'une des villes les plus touchées.

«Ce qui frappe le plus, c'est le courage des habitants ainsi que la solidarité entre les victimes. Ce sens de la communauté, ce sens australien qui fait que quand les temps sont durs, chacun se préoccupe de son voisin», a-t-elle dit.

Ces intempéries ont été provoquées par le récent passage du cyclone Tasha sur cette région agricole et minière près de la capitale du Queensland, Brisbane. Un véritable déluge d'eau a coupé les routes, endommagé les liaisons ferroviaires et perturbé la production de charbon.

Alors que le niveau de l'eau continuait de monter, environ 22 villes étaient déjà submergées, tandis qu'à Rockhampton, au nord de Brisbane, pas moins de 4000 maisons sont menacées d'inondations.

«La police va ordonner aux habitants des zones inondées de quitter leur maison», a déclaré le maire de Rockhampton, Brad Carter, à l'agence AAP.

Les magasins, les maisons et les commerces ont été envahis par les eaux, et les voitures ont disparu sous les flots, ne laissant d'autre choix aux habitants, que de circuler en bateaux ou en kayak pour récupérer ce qui peut encore l'être.

À Emerald, des hélicoptères Blackhawk de l'armée ont évacué une partie des 11 000 habitants et largué de la nourriture, alors que 80% de cette localité rurale sont inondés.

Anna Bligh, première ministre du Queensland, a estimé le coût de ce désastre «sans précédent» à plusieurs milliards de dollars. Elle a également affirmé que la crise était loin d'être terminée et que les eaux allaient encore monter dans les jours prochains.

«Nous avons trois systèmes fluviaux en crue, 17 centres d'évacuations en place où plus d'un millier de personnes ont trouvé refuge, et des milliers d'autres qui sont accueillies chez des amis ou dans de la famille», a-t-elle déclaré.

Vendredi, le port de Bundaberg a été fermé à tout trafic en raison de détritus qui entravaient son accès et l'aéroport de Rockhampton doit subir le même sort samedi.

Les géants miniers Rio Tinto et BHP Billiton ont annoncé des problèmes de production sur des mines, qui fournissent environ un quart des exportations australiennes de coke de charbon, essentiellement destiné aux aciéries asiatiques.

Les autorités redoutent en outre une flambée du prix des bananes, des mangues et du sucre, compte tenu de la destruction de nombreuses récoltes.

Elles craignent aussi une pénurie alimentaire dans certaines régions isolées ainsi que des épidémies, si les habitants consomment de l'eau insalubre.

Les services de la météorologie ont annoncé la formation d'un autre cyclone au large de la côte ouest, de l'autre côté du pays. Dans le sud, en Australie méridionale et dans le Victoria, les températures extrêmes font en revanche craindre des feux de forêts.

- Avec Dow Jones Newswires