La Corée du Nord a creusé un tunnel de plus de 500 mètres de profondeur sur son site d'essai nucléaire, en préparation sans doute d'un nouvel essai, affirme mercredi un grand quotidien sud-coréen, citant des sources au sein des services de renseignements.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les travaux sont en cours dans le district de Punggye, dans la province de Hamgyong du Nord (nord est du pays), là où le pays a procédé à deux essais nucléaires, en octobre 2006 et mai 2009, écrit le journal Chosun Ilbo, doté du plus fort tirage du pays.

Selon ce quotidien, le Nord procède également à d'importantes excavations et à la construction d'un nouveau bâtiment sur son principal complexe nucléaire à Yongbyon, au nord de la capitale Pyongyang.

Les services de renseignements sud-coréens n'ont pas confirmé ces informations, qui interviennent dans un contexte de très fortes tensions au sein de la péninsule coréenne et d'inquiétudes croissantes sur le programme nucléaire de la Corée du Nord.

Ainsi, la veille, le porte-parole du département d'Etat américain Philip Crowley avait estimé que Pyongyang disposait d'au moins un autre site d'enrichissement d'uranium que celui dévoilé en novembre à un scientifique américain.

«Ce qu'ils ont vu n'est pas tombé du ciel, cela reflète certainement le travail accompli dans au moins un autre site», avait-il déclaré.

Un responsable des services de renseignements sud-coréens a déclaré, sous couvert d'anonymat, au Chosun Ilbo paru mercredi: «la Corée du Nord se préoccupe de creuser le sol même en hiver, lorsqu'il est gelé, sur deux sites nucléaires», dans le district de Punggye et à Yongbyon.

Le responsable estime à plus de 500 mètres la profondeur du tunnel creusé.

«Si cela continue à ce rythme, le Nord aura creusé une cavité d'un km de profondeur, soit la profondeur requise pour effectuer un essai nucléaire, entre mars et mai de l'an prochain», a ajouté cet officier.

En novembre, le régime de Pyongyang avait fait visiter à un expert américain le site nucléaire de Yongbyon, une vaste usine d'enrichissement d'uranium dotée de plus de 1000 centrifugeuses.

Selon le New York Times de mardi, citant anonymement des responsables de l'administration Obama , les Etats-Unis jugent la Corée du Nord «beaucoup plus avancée» que l'Iran dans son programme nucléaire.

Le journal en conclut que Pyongyang a réussi à contourner les sanctions qui lui ont été imposées par l'ONU en raison de la poursuite de son programme nucléaire.

Le 23 novembre, Pyongyang avait bombardé une zone civile en Corée du Sud (l'île de Yeonpyeong) pour la première fois depuis la guerre de Corée (1950-1953), faisant quatre morts et déclenchant un tollé international.

Plusieurs hauts responsables américains et sud-coréens, et des analystes pensent que ces actions visent à renforcer la position du futur leader du régime nord-coréen, le plus jeune des fils du dirigeant actuel Kim Jong-Il adoubé par son père cet automne.