La Corée du Sud a bloqué l'accès depuis son territoire au tout nouveau compte Twitter de la Corée du Nord, estimant que les messages contenaient «des informations illégales» en matière de sécurité, ont expliqué les autorités de Séoul jeudi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La Corée du Nord a annoncé la semaine dernière l'ouverture d'un compte de microblogging Twitter et d'une chaîne de vidéo YouTube pour diffuser ses attaques contre le Sud et les États-Unis. Plus de 8 500 personnes se sont abonnées au compte Twitter de Pyongyang bien qu'il n'y ait eu qu'une trentaine de messages dont les liens renvoient vers des articles rendant hommage au dirigeant Kim Jong Il et critiquant les exercices militaires communs de Séoul et de Washington. Plus de 130 vidéos ont en revanche été mises en ligne sur la chaîne YouTube.

En Corée du Nord même, l'accès à Internet est bloqué pour la quasi-totalité des 24 millions d'habitants, seule l'élite étant autorisée à se connecter au réseau mondial, mais le régime paraît réellement intéressé par la technologie de l'information.

Le Nord et le Sud sont toujours techniquement en guerre, aucun accord de paix n'ayant été signé après l'armistice qui a mis fin à la guerre de Corée de 1950-53.